/news/health
Navigation

Toxicité des pesticides: fin d’un test qui coûte la vie à des centaines de chiens par an

Toxicité des pesticides: fin d’un test qui coûte la vie à des centaines de chiens par an
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA |  Santé Canada mettra fin aux tests obligatoires d’un an effectués pour évaluer la toxicité des pesticides, ce qui permettra d'éviter la mort de centaines de beagles utilisés comme cobayes.

CBC a rapporté dimanche que le ministère estime désormais que ces tests d’une durée d’un an effectués sur des animaux qui ne sont pas des rongeurs ne sont plus nécessaires. Ainsi, ils ne seront bientôt plus exigés des manufacturiers de pesticides utilisés sur des produits alimentaires destinés aux humains.

Ces tests qui sont obligatoires à travers le monde depuis les années 1980 utilisent comme cobaye des chiens, pour la plupart des beagles, qui sont tués et disséqués durant le processus.

La décision témoigne de l’engagement du Canada de mettre fin à l’utilisation inutile d’animaux dans des études scientifique, a expliqué à CBC un porte-parole du ministère.

Depuis plusieurs années, la pertinence du test de pesticides d’un an sur des chiens est remise en question. Les États-Unis y ont d’ailleurs mis fin en 2007, selon CBC. L’Union européenne les a aussi abandonnés.

«On aurait aimé que la décision tombe plus tôt», a expliqué à CBC Patricia Bishop, de l’organisme de défense des animaux PETA qui milite depuis 2011 pour que Santé Canada ordonne la fin de ces tests.

«Nous sommes tout de même ravis», a-t-elle ajouté.

De petits beagles dociles

Les beagles ont toujours été les chiens de choix pour les tests de pesticides, a expliqué à CBC Troy Seidle de la Humane Society International de Toronto. «C’est une convention scientifique, a-t-il dit. Ils sont des animaux dociles.»

Selon Patricia Bishop, les beagles sont élevés spécialement pour les tests et sont utilisés comme cobaye lorsqu’ils atteignent l’âge de 6 mois. Pendant la durée du test, un an, les chiots absorbent quotidiennement, dans leur nourriture ou par inhalation, différentes quantités de pesticides. Lorsque l’étude est terminée, ils sont tués et examinés.

La militante affirme que les chercheurs peuvent utiliser jusqu’à 64 chiens par test d’un an. Considérant que plusieurs études peuvent être effectuées simultanément dans différents laboratoires, des centaines de chiens pourraient avoir perdu la vie, par année, en raison de ces tests.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.