/news/society
Navigation

Journée de la femme: trop peu de femmes dans les CA

La YWCA propose des outils afin de mieux former la gent féminine dans les hautes instances

«On ne peut plus dire qu’on évite les femmes au CA parce qu’elles ne sont pas compétentes. Ce n’est pas un argument», plaide Angèle Bouffard, coordonnatrice des programmes au leadership à la YWCA Québec.
Photo Le Journal de Québec, Annie T Roussel «On ne peut plus dire qu’on évite les femmes au CA parce qu’elles ne sont pas compétentes. Ce n’est pas un argument», plaide Angèle Bouffard, coordonnatrice des programmes au leadership à la YWCA Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré une avancée dans plusieurs sphères de la société québécoise, les femmes sont encore sous-représentées dans les hautes instances. À peine 19,8 % d’entre elles siègent à un conseil d’administration.

Force est de constater que la prise de décision se conjugue au masculin au Québec.

«Il y a des écoles pleines d’enseignantes, mais, dans les directions, c’est beaucoup d’hommes. C’est surprenant! Tout le corps professoral est majoritairement féminin», analyse Angèle Bouffard, coordonnatrice des programmes au leadership à la YWCA Québec.

Question de favoriser la parité au sein de ces organisations, son organisme propose depuis 12 ans le programme Leaders et décisionnelles, qui permet aux femmes de s’outiller afin de se joindre aux décideurs. Il y est notamment question du rôle et des responsabilités des administrateurs, des procédures d’assemblée ainsi que de la gestion des états financiers.

Compétentes

À ce jour, 700 femmes ont suivi les six semaines de formation. Les deux tiers d’entre elles étaient déjà membres d’un CA lorsqu’elles se sont inscrites. «On a des profils de femmes aux parcours assez impressionnants, qui ont envie de s’impliquer et de redonner à la communauté. On ne peut plus dire qu’on évite les femmes au CA parce qu’elles ne sont pas compétentes. Ce n’est pas un argument», soutient Mme Bouffard.

Les organismes et les entreprises doivent reconnaître ce potentiel et agir en conséquence, plaide-t-elle. «On est rendues là en 2016. C’est l’enjeu. Le désir de parité doit s’inscrire dans l’ADN de l’entreprise. Il faut qu’il y ait des politiques, des valeurs portées, que ce soit nommé et écrit, qu’il y ait des outils clairs sinon ça disparaît selon les priorités», analyse-t-elle.

Guide

Pour donner un coup de pouce aux entreprises, la YWCA Québec, en collaboration avec le Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale, a lancé à la fin de février le Guide pour une gouvernance paritaire. «Ça permet aux organisations de faire un bilan et de mettre en place des actions pour obtenir la parité», explique Mme Bouffard.

Elle invite aussi les organisations à afficher leurs besoins plutôt que d’effectuer du bouche-à-oreille. Une banque de candidatures est aussi affichée sur le portail «Femmes engagées». «Il faut que les organisations se mettent en mode affichage et non pas juste dans le recrutement de coulisses», termine-t-elle.

Notons qu’un programme semblable, mais destiné aux 18 à 25 ans devrait être lancé l’automne prochain. «Il y a beaucoup d’organisations qui veulent rajeunir. Des jeunes, on en a besoin et il faut les outiller adéquatement», dit en terminant Mme Bouffard.

Marie-Hélène Janvier

  • Détentrice d’une maîtrise en histoire à l’Université Laval, Marie-Hélène Janvier s’est énormément impliquée lors de ses études, ce qui lui a notamment permis de travailler et voyager à travers le monde.
  • En 2014, elle découvre le programme Leaders et décisionnelles de la YWCA par l’entremise d’une collègue, avec qui elle suit la formation à l’automne. «Ça m’a permis de m’ouvrir sur toutes les expériences qu’on pouvait avoir à un CA. À ce moment-là, je ne savais même pas que c’était possible pour moi de m’impliquer», se souvient-elle.
  • Marie-Hélène a ainsi pu explorer des notions de communication et de comptabilité, qui lui étaient jusque-là inconnues. Attestation en poche, elle frappe à la porte du Carrefour Tiers-Monde, devenu le Carrefour d’éducation à la solidarité internationale Québec, où elle a vanté sa formation. Elle a obtenu un siège au CA.
  • «D’avoir la formation de la YWCA, ça a été un plus. Pour la formation, mais aussi pour les valeurs de l’organisation. C’est venu chercher tout de suite la personne en charge», confie-t-elle.

Khadija Said

  • Arrivée au Québec en 2011, Khadija Said a rapidement voulu s’impliquer pour mieux s’intégrer au sein de sa société d’accueil.
  • Détentrice d’une maîtrise en finances et en affaires publiques obtenue en France, la Marocaine a commencé par faire du bénévolat. Elle a ensuite siégé à son conseil de quartier – où elle se trouve toujours – en plus de s’impliquer comme trésorière au CA d’un organisme.
  • Elle entend alors parler de la formation Leaders et décisionnelles, qu’elle suit au printemps 2014. «Quand j’ai pris la formation, je me suis rendu compte que j’avais des responsabilités, que j’étais imputable. J’ai appris énormément de choses. Ça explique quels sont tes devoirs et obligations, comment présenter des choses correctement», dit-elle.
  • Elle a terminé sa formation en mai 2014. Le lendemain, elle avait une entrevue à la Caisse populaire Desjardins, qu’elle a elle-même sollicitée. Elle a tout d’abord intégré le conseil de surveillance puis le conseil d’administration, où elle siège depuis janvier.
  • «Il faut chercher l’attitude d’aller vers les organisations. De leur dire je suis là et j’ai les compétences», plaide celle qui occupe en plus un travail à temps plein.

En chiffres

  • En 2014, 19,8 % des femmes au Québec siégeaient à des conseils d’administration. La province arrive troisième, derrière la Saskatchewan (23,2 %) et la Nouvelle-Écosse (25,7 %).
  • En 2010, 28 % des 100 plus grandes entreprises québécoises ne comptaient aucune femme sur leur CA.
  • Le taux de présence des femmes aux CA des 100 plus grandes entreprises canadiennes cotées en Bourse est de 22 % pour 2014.
  • Depuis 2006, les organismes parapublics sont tenus de viser la parité. Quatre ans plus tard, on retrouve 45,4 % de femmes à leurs CA.
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.