/news/currentevents
Navigation

Québec prévoit l’explosion des coûts du registre

Un dépassement de coût de 50 % a déjà été inclus dans le budget annoncé

Québec a déposé en décembre le projet de loi 64, visant la création d’un fichier d’immatriculation des armes à feu.
Photo d’ARCHIVES Québec a déposé en décembre le projet de loi 64, visant la création d’un fichier d’immatriculation des armes à feu.

Coup d'oeil sur cet article

Jean-Nicolas Blanchet et Geneviève Lajoie

Avant même de l’avoir lancé, le ministère de la Sécurité publique se prépare à une explosion des coûts pour la création du registre des armes à feu version Québec.

Des documents internes obtenus par notre Bureau parlementaire démontrent que le ministère a inclus une «contingence» ou une possibilité de dépassement de coûts de 50 % pour mener à bien son projet.

Autrement dit, le ministère craint tellement une perte de contrôle qu’il a prévu une marge d’erreur de 50 % en cas de pépin, ce qu’on qualifie de «contingence» dans le monde de la gestion.

Rien pour rassurer les opposants au registre qui se rappellent qu’en 1994, le gouvernement fédéral avait évalué qu’un tel registre coûterait 2 millions de dollars alors que l’aventure s’est terminée à plus de 1 milliard $.

Pas rassurant

En temps normal, quand un ministère présente un projet au Conseil du trésor, ce taux de contingence doit être d’environ 10 %.

«Lorsqu’on arrive à 50 %, ça veut dire qu’on ne sait pas trop ce qui va arriver, on ne sait pas trop dans quoi on s’embarque», explique Michel Nadeau, directeur général de l’Institut sur la gouvernance et ancien membre de la haute direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

«Ce n’est pas rassurant», ajoute celui qui rappelle qu’on ne parle pas de «chimie nucléaire», mais d’une gestion de base de donnée.

«Pour une gestion rigoureuse et sérieuse, dit-il, un gestionnaire devrait toujours arriver avec un corridor de contingence de 10 à 15 %. Autrement, à 50 %, c’est que les devoirs ont mal été faits.»

En moins d’un an, le coût du registre a déjà changé trois fois:

  • En mars, la ministre Lise Thériault avait annoncé un montant de 30 M$. Elle se disait «très conservatrice».
  • En décembre, son successeur par intérim Pierre Moreau a évoqué une facture de 17 M$.
  • Aujourd’hui, on parle au ministère de 21 M$. Il faut ajouter 1 M$ en campagne de communication qui n’a pas été inclus, a-t-on révélé.

Une somme de 5 M$ en maintenance est aussi prévue chaque année, ce qui est non négligeable, étant donné qu’il s’agit de près du quart du budget.

Ainsi, le registre coûterait aux contribuables 62 M$ après 10 ans.

Pas de nos affaires

Québec a toujours refusé d’expliquer comment le montant avait été estimé.

Nous avons demandé une copie de l’estimation avec une demande d’accès à l’information. La piètre estimation au fédéral n’a pas convaincu Québec à être plus transparent pour la sienne puisque le ministère a refusé notre demande en soutenant qu’elle «s’inscrit dans un processus décisionnel en cours».

Québec accepte donc de donner le montant estimé, mais pas la façon dont celui-ci a été évalué.