/sports/opinion/columnists
Navigation

Un coach pour Subban

Un coach pour Subban
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Coudon, y a-t-il quelqu’un dans l’organisation du Canadien qui peut coacher P.K. Subban?

On ne pourrait pas lui offrir Serge Savard ou Larry Robinson comme conseiller spécial pour qu’il apprenne à jouer à la défense?

Vous avez tous vu les revirements abominables de Subban au cours des derniers matchs. Trois fois au moins, il s’est retrouvé le dernier homme du CH entre la rondelle et le gardien de but. Trois fois, il a tenté de déjouer l’adversaire, a perdu la rondelle et le Canadien s’est fait planter un but. Des buts coûteux dans des situations cruciales.

Ou bien P.K. Subban souffre d’un déficit d’attention et n’arrive pas à intégrer ce que ses entraîneurs lui disent ou bien il se fout complètement de Michel Therrien et de ce qu’il peut raconter.

Si c’est la première hypothèse, qu’on embauche un entraîneur juste pour lui. Comme on le fait pour certains élèves trop agités pour une classe régulière. Si c’est la deuxième hypothèse, alors, Houston, on a un gros problème.

J’écoutais Serge Savard avec Michel Langevin et Enrico Chicone vendredi matin, et l’ancien directeur général du Canadien cachait mal son impatience avec Subban: «Quand Larry Robinson est arrivé, il était fougueux lui aussi. Il commettait des erreurs. On l’a pris en main et on lui a dit, ici, on joue pas de même. Il est devenu très fiable et un des plus grands défenseurs de l’équipe», de dire Savard.

Pas compliqué de jouer à la défense. Savard l’a toujours dit. On compte les chandails rouges devant soi. S’il y en a quatre, on ne prend aucune chance. Ça veut dire qu’il n’y a personne pour couvrir une erreur.

S’agit de montrer à compter jusqu’à quatre...