/news/politics
Navigation

Condition féminine: des progrès, mais encore du travail à faire

Condition féminine: des progrès, mais encore du travail à faire
Photo REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA |  Il y a encore du travail à faire pour atteindre l’égalité des sexes, affirme Justin Trudeau, selon qui trop de femmes et de jeunes filles sont toujours victimes de discrimination et d’injustices.

«Il est inacceptable qu'en 2016, des femmes soient encore privées d'éducation, forcées de se marier à un jeune âge, ou victimes de violence sexuelle», a dit le premier ministre à l’occasion de la Journée internationale de la femme.

Se qualifiant lui-même de «fier féministe», M. Trudeau appelle tous les Canadiens à faire de la défense des droits des femmes «une priorité».

Les Canadiennes peuvent toutefois s’estimer heureuses de vivre dans une société qui reconnaît leur contribution «à sa juste valeur», croit la chef intérimaire du Parti conservateur Rona Ambrose.

Mais les femmes se butent encore trop souvent à un plafond de verre en raison de leur sexe, note-t-elle. «Nous devons bâtir une société où les femmes ont un meilleur accès à l’éducation et la liberté de faire concurrence (aux hommes) sans craindre la violence, l’intimidation ou l’intolérance», a-t-elle ajouté.

Au NPD, on rappelle que les femmes – particulièrement les autochtones – «continuent d’être victimes de niveaux élevés de violence».

L’équité salariale est aussi encore loin d’être atteinte, a affirmé la porte-parole du parti en matière de condition féminine, Sheila Malcolmson. «Le taux de pauvreté chez les mères célibataires et les femmes âgées ne cesse de croître et les femmes ne gagnent toujours que 77 % de ce que gagnent leurs homologues masculins», a-t-elle souligné.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.