/news/currentevents
Navigation

Un avocat reçoit 15 000 $ des individus qui l’ont volé

Me Vincent Allard a récupéré son dû après avoir menacé les voleurs sur YouTube.
Photo d’archives Me Vincent Allard a récupéré son dû après avoir menacé les voleurs sur YouTube.

Coup d'oeil sur cet article

L’avocat qui avait menacé dans une vidéo sur YouTube de rendre publique l’identité de ceux qui l’ont volé sur internet a finalement eu gain de cause. Les deux présumés voleurs ont remis la semaine dernière un mandat bancaire représentant environ 15 000 $.

Pour Me Vincent Allard, c’est la fin d’un long cauchemar qui a débuté en août dernier. L’avocat québécois basé aux États-Unis s’était fait dérober des documents juridiques qu’il vend sur son site web Jurifax.com.

Les voleurs avaient agi en pleine nuit à l’aide de numéros de cartes de crédit volées. Ils avaient acheté l’ensemble des documents juridiques comme des conventions d’actionnaires, des contrats commerciaux, etc. Ils souhaitaient les utiliser pour les revendre sur un autre site.

Repérés à Brossard

La valeur totale du vol dépassait 10 000 $ US. Ce n’est toutefois qu’en décembre dernier que Me Allard a découvert que les deux voleurs étaient des résidants de Brossard sur la Rive-Sud de Montréal.

Fort de cette information, il leur a fait parvenir une mise en demeure.

Comme ils refusaient de rembourser et même d’admettre leur crime, il a publié une vidéo sur YouTube le 21 janvier dernier.

Dans son message, il leur donnait un mois pour payer sinon il allait révéler leur identité publiquement en les poursuivant au civil.

Devant la menace, ils ont d’abord nié être impliqués avant de finalement payer leur dû.

Vincent Allard est heureux du dénouement. Il s’est toutefois dit surpris de voir le nombre de témoignages de gens victimes de vols sur internet.

«Il y a là un sérieux problème et une profonde méconnaissance des gens qui sont sur internet», dit-il.

Lui-même dit avoir resserré les mesures de sécurité de son site de vente. Il déplore toutefois le peu d’intérêt manifesté par la Sûreté du Québec à la suite de sa plainte.