/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Justin Trudeau, Panpan et les pandas

Justin Trudeau, Panpan et les pandas
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous vu la photo de Justin Trudeau avec deux bébés pandas du zoo de Toronto, que notre premier ministre s’est empressé de mettre en ligne sur son compte Twitter?

Hon, que c’était mignon! Hon, que c’était craquant!

Un premier ministre photogénique qui se fait prendre en photo avec deux bébés tout mignons de l’animal le plus «cuuuute» sur terre.

PLUS DE GAIS À LA TÉLÉ

Notre PM était là pour baptiser officiellement ces deux petits bébés adorables: Jia Panpan et Jia Yueyue. (Mais ne me demandez pas lequel est à droite et lequel est à gauche.)

Les parents de ces pandas sont un cadeau de la Chine au Canada, pour souligner l’étroitesse des liens entre les deux pays.

Pourquoi je vous parle de pandas dans une chronique culturelle? Parce que, pendant que notre PM soulignait le symbole d’amitié entre le Canada et la Chine, tout là-bas à Beijing les autorités ont procédé à un cas de censure absolument dégueulasse.

Le journal The Guardian vient de révéler que la Chine interdit maintenant toute représentation d’homosexuels à la télévision. Cela fait partie d’une campagne d’éradication des contenus «vulgaires, immoraux et malsains».

Les fonctionnaires de la censure en Chine ont pondu un nouveau règlement contre les contenus qui «exagèrent le côté sombre de la société».

Selon ce nouveau livre rouge de la bienséance, «aucune série télé ne doit montrer des comportements sexuels anormaux comme l'inceste, les relations homosexuelles, la perversion sexuelle ou le viol». Comme si deux hommes et deux femmes qui s’aiment c’était comparable à un crime...

Selon The Guardian, la semaine dernière, le gouvernement chinois a retiré des ondes une série populaire intitulée Addicted parce qu’on y suivait les aventures d’un couple homosexuel.

En plus, les producteurs télé se sont fait avertir par l’Administration de la presse, de la radio, du film et de la télévision qu’une surveillance constante des contenus serait effectuée pour s’assurer que les nouvelles règles sont respectées.

LA FIERTÉ CANADIENNE

Notre premier ministre est ce qu’on appelle au Québec un «kid kodak». Que voulez-vous, il voit un petit animal charmant et il ne peut s’empêcher d’immortaliser la scène pour la postérité et pour Twitter.

Mais si Justin Trudeau n’avait pas été si préoccupé par l’idée de faire des selfies avec un ours noir et blanc, il aurait peut-être pu glisser un mot de désapprobation à l’ambassadeur de Chine au Canada qui était à côté de lui au zoo de Toronto.

Justin Trudeau sera présent lors du prochain défilé de la fierté gaie de Toronto le 3 juillet. Ce sera la première fois qu’un premier ministre y assiste. Il paraît même que des réfugiés syriens gais seront de la parade.

Mais comment Justin Trudeau peut-il prétendre défendre les droits de la personne et passer sous silence un cas aussi flagrant de censure des médias et de la culture?

Pourquoi Justin Trudeau aurait-il dû dénoncer fermement la censure chinoise?

Parce qu’on est en 2016.