/news/society
Navigation

Des entrepreneurs qui se lancent dans les soins pour les hommes coquets

Coup d'oeil sur cet article

De jeunes entrepreneurs québécois profitent de l’engouement des hommes pour soigner leur apparence afin de se lancer en affaires.

«C’est comme un retour aux années 50», remarque Patrick Marleau, rencontré au Salon de l’homme.

Il a lâché son emploi de laveur de vitres il y a un an et demi pour fonder son entreprise Le valet cireur, qui se déplace sur commande, notamment lors d’événements.

«Toutes les deux semaines, je vais chez BMO et je cire les souliers des employés», dit-il.

Selon lui, les hommes réalisent de plus en plus qu’ils doivent prendre soin de leurs souliers. «Ils en achètent qui coûtent cher, alors ils veulent les garder», ajoute-t-il.

Depuis près d’un an, Tommy Martel-Diotte vend quant à lui avec son entreprise Gentilshommes des huiles pour prendre soin de sa barbe, par exemple.

Botox

«J’avais des amies qui chialaient que leur chum utilisait leurs crèmes à 150 $, alors j’ai eu l’idée de faire des produits spécialement pour les hommes», dit-il.

Pour sa part, la clinique d’esthétique Éclat de jouvence cible aussi les hommes puisqu’ils forment maintenant le tiers de sa clientèle.

«Ils sont surtout intéressés par nos soins de repousse des cheveux, mais d’autres aussi cherchent à se débarrasser de certaines rides avec le Botox par exemple», indique Annie Lapointe.