/finance/business
Navigation

1 M$ de savons dans les Cantons

Une fabrique artisanale veut doubler son chiffre d’affaires

Marie-Ève Lejour confectionne des savons de manière artisanale depuis 10 ans. À l’aube de la quarantaine, la propriétaire de la Savonnerie des Diligences, située à Eastman, dans l’Estrie, s’apprête à investir 1 M$ dans de nouvelles installations.
Photo Éliane Thibault, Collaboration spéciale Marie-Ève Lejour confectionne des savons de manière artisanale depuis 10 ans. À l’aube de la quarantaine, la propriétaire de la Savonnerie des Diligences, située à Eastman, dans l’Estrie, s’apprête à investir 1 M$ dans de nouvelles installations.

Coup d'oeil sur cet article

EASTMAN | La Savonnerie des Diligences investira 1 M$ dans l’Estrie. L’entreprise pourra ainsi doubler son chiffre d’affaires tout en conservant sa nature écologique.

Les savons corporels de Marie-Ève Lejour sont distribués à travers le Québec. Son entreprise fournit notamment le réseau de la Sépaq, le Biodôme et le Jardin botanique de Montréal.

Avec ces partenariats, l’entrepreneure est aujourd’hui en mesure de fournir du travail à une dizaine d’employés. Son investissement lui permettra de consolider cette équipe qui pourra œuvrer de manière plus efficace.

«Nous sommes à la limite de notre capacité de production», dit-elle en ajoutant qu’elle en était rendue à choisir entre refuser des contrats ou prospérer.

Zéro déchet

Marie-Ève Lejour est reconnue pour son côté audacieux. Les savons à la bière ou le «trio sacré», dont les barres arborent des mots d’église, ont su faire jaser.

Toutefois, ce sont surtout ses valeurs écologiques qui font sa renommée. Cette dernière assure que la fabrication de ses savons ne produit aucun déchet. Avec des emballages recyclables ou réutilisables, le consommateur aussi ne laisse aucune trace dans l’environnement.

Les copeaux laissés lors de la coupe du savon sont utilisés pour la confection d’un autre produit. Les lots qui ne sont pas parfaits sont donnés à des organismes. Quant aux morceaux inesthétiques, ils sont vendus dans un pot Mason en verre. Cette idée fait tellement fureur que la savonnière manque parfois de rebuts pour répondre à la demande.

9000 personnes par année

Depuis ses débuts, il y a 10 ans, Marie-Ève Lejour accueille la clientèle directement chez elle. Chaque année, 9000 personnes passent le pas de sa porte. Au fil du temps, avec les commandes grandissantes, sa résidence s’est transformée en véritable manufacture de savon.

«Le partage entre la maison et le commerce commence à être lourd», confie-t-elle.

La propriétaire a donc acquis un terrain de trois acres en bordure du lac Orford. Au cours de l’été, sa savonnerie de 1000 pi2 y sera bâtie et toute sa production sera installée pour 2017. La chaîne de production sera optimisée et les touristes profiteront d’un cadre bucolique.