/sports/others
Navigation

Un espoir olympique

Alexandre St-Jean est considéré comme un espoir de médaille pour le Canada lors des Jeux olympiques de 2018.
photo courtoisie Alexandre St-Jean est considéré comme un espoir de médaille pour le Canada lors des Jeux olympiques de 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Le patineur de vitesse Alexandre St-Jean, notre neuvième finaliste de la 10e édition du programme Bourses d’études jeunes athlètes du Journal de Montréal, Journal de Québec et RBC, a livré une excellente performance lors du Championnat du monde de Russie, où il a terminé en sixième position. Coup d’œil sur son cheminement sportif et scolaire.

1. Depuis quand pratiques-tu le patinage de vitesse ?

J’ai commencé à pratiquer le patinage de vitesse sur courte piste à l’âge de cinq ans. Il y a maintenant plus de deux ans, j’ai décidé de faire la transition vers le patinage de vitesse longue piste, mon gabarit étant trop gros pour la courte piste. Cette décision a porté ses fruits puisque je connais actuellement une saison incroyable sur la scène internationale. J’ai participé à mes cinq premières Coupes du monde seniors de la saison et j’ai remporté trois médailles, dont deux d’or!

2. Quelles sont les qualités que tu as développées par la pratique de ta discipline ?

Mon horaire bien rempli m’a permis de développer mon sens de l’organisation. Et puisque nous sommes plusieurs à vouloir monter sur la première marche du podium et qu’il n’y a qu’une seule médaille d’or, j’ai également appris à développer ma persévérance. Finalement, la vie d’athlète m’a enseigné à être discipliné afin de bien gérer mes priorités.

3. Quelles sont les aptitudes nécessaires à la pratique du patinage de vites­se ?

Évidemment, pour être en mesure de bien performer sur l’anneau de glace, il faut posséder une bonne endurance musculaire et un bon cardio. Et pour bien patiner, les patineurs doivent faire preuve de beaucoup d’agilité.

4. Quel est le plus grand défi que tu as relevé au chapitre sportif ?

Mon plus grand défi à ce jour a été de me remettre de ma déception à la suite des sélections olympiques de 2014. C’était très serré, aux épreuves du 500 m et du 1000 m, et le manque d’expérience a eu raison de moi. Malgré tout, je suis sorti grandi de cette expérience.

5. À quelle fréquence t’entraînes-tu ?

Durant l’année scolaire, je m’entraîne une à deux fois par jour, et ce, six jours par semaine, alors qu’en été, je m’entraîne deux fois par jour pour un total de 35 heures par semaine.

6. Pourquoi as-tu choisi d’étudier dans le domaine de la médecine dentaire ?

J’ai toujours aimé tout ce qui était lié au milieu de la santé. Ce n’est toutefois qu’à ma première année de cégep que j’ai décidé de me diriger vers la médecine dentaire, une discipline qui me passionne!

7. Au niveau scolaire, quel est le plus grand défi relevé à ce jour ?

Être admis en médecine dentaire n’est pas chose facile, car ce programme est très contingenté. J’ai dû travailler très fort au cégep afin d’avoir les notes requi­ses.

8. Comment arrives-tu à conserver un certain équilibre entre les différentes sphères de ta vie ?

Je réserve du temps exclusif pour chacune des sphères de ma vie, soit le sport, les études et la vie sociale. Durant l’année scolaire, l’école et le patin prennent un peu plus de mon temps. C’est pourquoi j’accorde plus de temps à mes amis une fois les cours et les entraînements terminés.

9. Combien de temps accordes-tu à tes études par semaine ?

Évidemment, cela dépend de mon horai­re. Lorsque je suis à la maison ou lors des périodes d’examens, j’en profite pour étudier davantage. Cette session-ci, j’accorde une dizaine d’heures par semaine à mes études.

10. Quelle est la matière qui te passionne le plus ?

J’ai eu un coup de cœur pour le cours sur l’appareil masticateur. J’aime aussi le cours de dentisterie opératoire, cours dans lequel j’apprends à utiliser la turbine.

Jeudi prochain, découvrez le portrait d’Anne-Sophie Lavoie-Parent.

Alexandre St-Jean

Alexandre St-Jean est considéré comme un espoir de médaille pour le Canada lors des Jeux olympiques de 2018.
photo courtoisie
  • Âge : 22 ans
  • Sport : patinage de vitesse, longue piste
  • Classification : excellence
  • Établissement scolaire : Université Laval
  • Moyenne : 3,49/4,3
  • Programme d’études : médecine dentaire
  • Objectif sportif : participer aux Jeux olympiques de 2018

3 performances remarquables

2016

Championnats canadiens seniors, 1000 m

Niveau : national

Résultat : 2e position

2015

World Cup Trials senior, 1000 m

Niveau : national

Résultat : 2e position

2015

ISU World Cup 3, coupe du monde senior, 500 m

Niveau : international

Résultat : 2e position

Questions en rafale

Un athlète inspirant...

Mathieu Giroux, car il a très bien réussi à concilier le sport et les études.

Un moment farfelu en compétition...

Lors de mon premier test antidopage, à l’âge de 16 ans, j’ai renversé mon pot d’urine sur les feuilles du monsieur responsable du test... Disons que j’étais très mal à l’aise!

Ce qui m’enrage à coup sûr...

Lorsque je fais une mauvaise performance, je suis souvent très fâché. Toutefois, je me ressaisis rapidement afin de comprendre ce qui s’est passé pour ne plus faire les mêmes erreurs.