/news/currentevents
Navigation

Deux frères se noient lors d’une journée de pêche

Deux frères se noient lors d’une journée de pêche
Photo Agence QMI, Michel Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

Deux frères qui roulaient sur le Lac Magog en Estrie à bord d’un VTT dimanche après-midi se sont noyés, lorsque la mince couche de glace a cédé sous le poids du véhicule.

«La glace était épaisse d’un pouce ou un pouce et demi, elle était assez mince pour qu’on la casse à la main à cet endroit», a déclaré le lieutenant Sylvain Guay, de la Régie de police de Memphrémagog.

Réal et Denis Fréchette, de Sherbrooke et respectivement âgés de 52 et 59 ans, profitaient d’une journée de pêche. Vers 13h50, ils ont roulé sur la surface à hauteur de Sainte-Catherine-de-Hatley quand elle s’est effondrée. Il faisait alors 5°C dehors.

«Ils étaient là depuis le matin. Ils ont dû penser que c’était correct», estime le lieutenant.

Deux frères se noient lors d’une journée de pêche
Photo Agence QMI, Mathieu Dugas

«Dernière journée de pêche»

Les deux frères ont sombré à une soixantaine de mètres de la rive. Un riverain de 75 ans a tenté de leur porter secours, mais il est lui aussi tombé dans l’eau. D’autres personnes ont toutefois réussi à l’en sortir. Il a été transporté à un centre hospitalier pour s’assurer qu’il ne souffre pas d’hypothermie.

Parmi les pompiers, un plongeur a pu se rendre sous les glaces, il a réussi à retrouver les corps des deux frères et à les sortir de l’eau. On ignore combien de temps ils ont passé sous la surface.

Sur sa page Facebook, Réal Fréchette a écrit la veille du drame qu’il s’agissait là de sa «dernière journée de pêche».

Deux frères se noient lors d’une journée de pêche
Photos Facebook/TVA Sherbrooke

Imprudence

Julie Aubé, qui habite sur le chemin du Lac en face du lieu de l’accident, ne comprend pas que des gens aient l’imprudence de rouler ainsi sur le lac Magog, quand le mercure affiche 5°C comme dimanche.

«On en voit régulièrement des gens qui vont sur le lac alors qu’il fait 10°C. Chaque semaine on se dit qu’il va y avoir des noyades», se désole cette mère de famille, qui refuse d’aller simplement marcher sur le lac avec ses trois enfants avec une telle météo.

«On voit l’eau sur le lac, on voit que ça [la glace] flotte», témoigne-t-elle.

Deux frères se noient lors d’une journée de pêche
Photos Facebook/TVA Sherbrooke