/news/currentevents
Navigation

Pas des irresponsables, dit le fils d’une des victimes

Ils sont morts dans un lac dont la glace a cédé sous le poids de leur VTT

Réal Fréchette était un bénévole d’Opération Nez rouge depuis 20 ans et il a sans doute sauvé plusieurs vies, a rappelé son fils.
Photo courtoisie Réal Fréchette était un bénévole d’Opération Nez rouge depuis 20 ans et il a sans doute sauvé plusieurs vies, a rappelé son fils.

Coup d'oeil sur cet article

L’homme mort avec son frère dans le lac Magog après que la glace eut cédé sous le poids de leur VTT n’était pas quelqu’un d’imprudent, martèle son fils dévasté.

«Je suis tanné d’entendre tout le monde dire qu’ils étaient irresponsables dans les médias et les médias sociaux. Comment peuvent-ils juger des gens qu’ils ne connaissent même pas?» lance Sébastien Patry, 30 ans, accablé par cette tragédie.

Son père et son oncle, Réal et Denis Fréchette, ont roulé dimanche sur une couche de glace d’à peine un pouce et demi quand la surface s’est brisée. Les deux hommes de 52 et 59 ans ont sombré dans les eaux de lac Magog et sont morts.

« [Mon père] a sauvé des vies. Ce n’était pas un inconscient » – Sébastien Patry

«Ça fait 20 ans qu’ils pêchent et qu’ils chassent ensemble. Mon oncle connaît tous les lacs de la région. C’est un accident», insiste Sébastien Patry.

Quant à son père, il était un pilier d’Opération Nez rouge à Sherbrooke. Il venait d’être honoré en janvier pour ses 20 ans de bénévolat au sein de l’organisation.

«Il a sauvé des vies. Ce n’était pas un inconscient», martèle son fils.

Opération Nez rouge de Sherbrooke est en deuil aujourd'hui, un homme d'exception, un pilier pour notre organisation nous...

Posted by Opération Nez Rouge de Sherbrooke et les environs on Monday, March 14, 2016

Il veillait sur les autres

Chaque mois de décembre, Réal Fréchette passait en effet une vingtaine de nuits à reconduire des fêtards chez eux en sécurité.

«Il le voyait comme un défi chaque soir de répondre au plus grand nombre de demandes possible, a dit Stéphanie Hoarau, la coordonnatrice locale de Nez rouge. Il adorait le faire. Il avait vraiment à cœur la sécurité des gens.»

Très touchée par le décès de son confrère, Mme Hoarau se souvient d’un homme généreux qui avait beaucoup d’entrain et un sens de l’humour exceptionnel.

Expliquer aux enfants

La veille du drame, Réal Fréchette a écrit sur Facebook qu’il s’en allait pour la «dernière journée de pêche» de la saison avec son frère. «Ç’a été leur dernière journée de pêche à vie», commente son fils Sébastien Patry, ému.

«Ç’a été un choc pour toute la famille. Mes deux jeunes enfants n’auront plus leur papy, j’ai dû leur expliquer que papy était une étoile», se souvient-il.

C’est d’autant plus dur pour cette famille qu’ils ont dû traverser un autre drame il y a peu de temps.

«On a perdu notre père en août dernier. Là, c’est un coup de masse sur le front», a dit Alain Fréchette, le frère des deux hommes.

– Avec la collaboration de Frédérique Giguère