/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Stéphane Lessard

Les dîners de cons de Guy A.

Gaétan Barrette et Diane Lamarre
Tout le monde en parle

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous regardé le passage du ministre Gaétan Barrette à Tout le monde en parle?

Guy A. Lepage et ses acolytes ont réussi à parfaire la technique du dîner de cons à merveille au cours des dernières années.

Seulement au cours des trois dernières semaines, nous avons eu le droit à une séance de ridiculothérapie avec Marie-Chantal Toupin, puis un gang bang contre Sophie Durocher et, cette semaine, le méchant, le terrible, l’infâme, le monstrueux docteur Barrette (insérer ici musique terrifiante).

Mettons tout de même les choses en contexte: monsieur Barrette l’a échappé solide la semaine dernière au sujet de Diane Lamarre. La critique péquiste ne méritait certainement pas pareil traitement.

Mais.

Car il y a un énorme MAIS.

Est-ce que les propos du ministre de la Santé méritaient un tel lynchage hier à TLMEP? Que le Parti québécois et la députée de Taillon veuillent récupérer cette histoire pour effectuer des gains politiques, je veux bien.

C’est cynique, un brin exagéré, mais Gaétan Barrette a couru après.

Sauf que lorsque je vois le pape Lepage et son armée de comédiens/artistes s’acharner sur un ministre qui a tout de même le mérite de faire face à la musique, j’éprouve un profond malaise.

Avez-vous vu Guy A. planter le ministre lorsque celui-ci a osé soulever le fait qu’il n’était pas le seul à invectiver ses adversaires?

Le ministre a fait référence au colérique Bernard Drainville, en demandant à madame Lamarre ce qu’elle pensait de son attitude.

Le tout puissant animateur est alors intervenu en disant au docteur: «étant donné que vous avez insulté madame Lamarre, ce que fait Bernard en chambre on s’en fout un peu», déclenchant évidemment un tonnerre d’applaudissements.

Et cet autre passage où Diane Lamarre déclare que monsieur Barrette a pour effet de décourager les femmes de se présenter en politique. Come on!

Je veux bien que le tonitruant ministre ait à faire face à la musique. Répondre de ses actions. Assumer la virulence de ses propos. Mais, il me semble que l’animateur de l’émission doit minimalement avoir la responsabilité d’apporter des nuances, d’équilibrer le débat. Hier, il n’en fut rien.

Une chose est certaine. La députée péquiste sort grande gagnante de toute cette histoire. Elle fut victimisée, puis glorifiée, sans que l’on s’attarde réellement au bien-fondé ou non des accusations du docteur Barrette.

La cause était entendue.

Un constat me frappe. C’est probablement l’ancien attaché de presse en moi qui fait surface, mais je ne peux m’empêcher de me dire que je comprends les conseillers politiques de décourager les politiciens à participer à ce type d’émission.

Qu’ont-ils à gagner?

On entend régulièrement les Guy A. de ce monde pleurnicher que certains politiciens évitent de participer à leur émission. On parle alors de manque de courage.

Mais vous, iriez-vous? Sachant que vous courez le risque d’être le dindon de la farce ou le cancre de service?

Ce sont ces mêmes personnes qui dénoncent l’intimidation.

Je le répète. Gaétan Barrette est allé trop loin. Il méritait d’être rappelé à l’ordre. Cependant, je crois que le diffuseur public et son puissant animateur ont la responsabilité d’offrir le théâtre pour que les débats puissent avoir lieu.

Dans ce cas-ci, on a carrément écrit le script. Et c’est le Tartuffe qui était en vedette.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.