/opinion/blogs/columnists
Navigation

Ayons le gouvernement (et sa promesse de 89 620 M$) à l'oeil!

 Ayons le gouvernement (et sa promesse de 89 620 M$) à l'oeil!
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

À quelques jours du budget, voici un outil pour surveiller si le gouvernement respecte sa parole quand vient le temps de dépenser vos taxes et impôts.

 

Rappelez-vous la campagne électorale : le gouvernement de Philippe Couillard y avait pris des engagements concrets en matière de finances publiques. Notamment, le Parti libéral avait promis l'instauration d'un « cran d'arrêt » aux dépenses publiques.

Tel que formulé dans sa plateforme électorale, à la page 2 du cadre financier : « Toute nouvelle initiative de dépense non prévue dans ce cadre financier devra nécessairement être financée par des économies dans les dépenses de programmes. Nous imposerons ainsi ce que l’on appelle un ''cran d’arrêt'' aux dépenses publiques ». À l'aube du budget, il convient de rappeler au gouvernement cette promesse, et de l'enjoindre à y faire suite.

En effet, un tel mécanisme aurait des effets bénéfiques sur l’économie et sur le portefeuille des contribuables québécois. Ces derniers ont subi une pluie de hausses d’impôt, de taxes et de tarifs de toutes sortes ces dernières années, et ont contribué plus que leur part dans l'exercice de retour à l'équilibre budgétaire. Ils s'attendent maintenant à ce que le gouvernement en place agisse de façon responsable et honore ses engagements en matière de finances publiques.

 

Chiffre magique: 89 620 M$

 

Maintenant, voyons les chiffres. En se basant sur le cadre financier du PLQ, on devrait s'attendre à ce que les dépenses publiques prévues pour 2016-2017 ne dépassent pas 89 620 M$. Dans le budget du Québec de l’an dernier, on prévoyait à peu près ce montant de dépenses pour les douze prochains mois.

Si le gouvernement dépasse ce montant, il brise sa promesse.

La rigueur budgétaire était nécessaire pour contrôler la hausse constante des dépenses publiques. Le gouvernement doit maintenir le cap et instaurer des mécanismes pour ne pas retomber dans ses mauvaises habitudes dépensières. L'instauration d'un « cran d'arrêt », un engagement clairement annoncé par le Parti libéral pendant la campagne, est un bon outil pour y arriver.

Mais pour cela, il faut que les libéraux tiennent leurs promesses. C'est ce que je vous invite à surveiller de près...