/news/currentevents
Navigation

Alcool au volant et conduite dangereuse: Marjo se reconnait coupable

Marjo, l’interprète d’<i>Illégal</i>, a plaidé coupable de conduite avec les facultés affaiblies et de conduite dangereuse
Photo Le Journal de Montréal, Martin Alarie Marjo, l’interprète d’Illégal, a plaidé coupable de conduite avec les facultés affaiblies et de conduite dangereuse

Coup d'oeil sur cet article

Visiblement mal à l’aise, la chanteuse Marjo a plaidé coupable à des accusations de conduite dangereuse et de conduite avec les facultés affaiblies et a expédié les procédures entamées à la suite d’une collision le jour de Noël 2014.

Le juge Paul Chevalier l’a toutefois acquittée du troisième chef qui pesait contre elle, soit celui de délit de fuite, mercredi matin au palais de justice de Saint-Jérôme.

Entièrement vêtue de noir, l’artiste de 62 ans semblait légèrement nerveuse lorsqu’elle s’est présentée à la barre pour recevoir sa sentence. «Scusez, je ne suis pas habituée», a-t-elle lancé d’entrée de jeu.

Le juge a entériné la proposition commune de la Couronne et de la défense en imposant à la rockeuse une amende de 4000 $ en plus de lui révoquer son droit de conduire pour les deux prochaines années.

Dans trois mois, si l’auteure-compositrice-interprète répond aux critères de la SAAQ, une autorisation limitée de conduire pourrait lui être accordée à condition d’installer un antidémarreur éthylométrique dans sa voiture.

Cette proposition faite par la défense a été accueillie favorablement par le juge puisque Marjolaine Morin, de son vrai nom, en est à sa première offense criminelle. L’avocat de l’accusée a également soulevé le fait que sa cliente avait cessé sa consommation d’alcool depuis l’incident.

Elle sentait l’alcool

Dans l’après-midi du 25 décembre 2014, la Mercedes que conduisait Marjo était entrée en collision avec un autre véhicule sur l’autoroute 15 à la hauteur de Laval.

La Mercedes de l’artiste était endommagée à l’avant au lendemain de la collision.
Photo d'archives
La Mercedes de l’artiste était endommagée à l’avant au lendemain de la collision.

La chanteuse ne s’était pas immobilisée sur le coup et avait été interceptée par les policiers quelques minutes plus tard à Saint-Jérôme.

Les agents avaient senti une forte odeur d’alcool dans l’haleine de la femme, en plus de remarquer qu’elle avait les yeux rouges et la salive plus épaisse que la normale, selon ce qu’a raconté la procureure de la Couronne hier matin.

Une fois au poste, l’artiste s’était soumise à un test d’alcoolémie qui avait révélé un taux de 144 mg d’alcool par 100 ml de sang, soit près de deux fois la limite permise par la loi.

« Une connasse »

La conductrice de l’autre voiture impliquée dans l’accident n’avait pas mâché ses mots sur sa page Facebook peu de temps après la collision.

«Pire Noël à vie! On s’est fait foncer dans le cul par une connasse à 115 km/h sur l’autoroute», avait indiqué Sophie Juneau, qui disait avoir désormais peur de conduire. Personne n’avait été blessé dans l’accident.