/sports/others
Navigation

Un couple de nomades

Le couple pagaie plus de huit heures par jour avant de préparer le repas et camper pour la nuit. «Ce ne sont pas des vacances, c’est un mode de vie!» résume Pierre Pépin.
photo courtoisie Michael Ouellet Le couple pagaie plus de huit heures par jour avant de préparer le repas et camper pour la nuit. «Ce ne sont pas des vacances, c’est un mode de vie!» résume Pierre Pépin.

Coup d'oeil sur cet article

Jennifer Gosselin et Pierre Pépin ont tout vendu en 2013. De retour d’une expédition de 15 mois en canot à travers le continent américain, le couple de Val-Bélair repart à la fin du mois pour une prochaine aventure de plus de 20 mois, cette fois-ci à travers le pays. Rencontre avec ces nomades des temps modernes.

«On part», résume Pierre Pépin.

«Les gens aiment avoir une date, une distance, une durée... mais ce n’est pas un voyage, c’est une vie de nomade. On part à la fin du moins, on fera la distance qu’on aura parcourue, on verra ce qu’on aura à voir, et on reviendra avant que les glaces reprennent en 2017!» précise-t-il.

Il n’est en effet pas question de se presser dans cette odyssée NorAm de plus de 14 000 kilomètres. Après tout, le couple a expressément choisi de se distancer d’un rythme de vie trop rapide et de la recherche de performance pour adopter ce quotidien d’explorateur.

Tout quitter

En 2012, Jennifer et Pierre ont accumulé beaucoup de vacances et pris un petit congé sans solde pour vivre leur passion du plein air pendant deux mois. Ce voyage changera leur vie.

«Le retour a été difficile. Un choc», dit Jennifer.

«On s’est rendu compte à quel point on vivait des vies de fou. On voulait revenir à quelque chose de plus simple», ajoute-t-elle.

Après six mois à tenter en vain de se motiver à retrouver leur rythme de vie d’avant, les deux se sont rendus à l’évidence: leur vie ne leur plaisait plus.

Adios la maison, les deux voitures, tous leurs biens matériels et leurs emplois.

«On ne souhaitait pas continuer comme ça jusqu’à 65 ans, puis espérer une retraite à notre goût si la santé coopérait. On était jeunes et en forme, et c’était maintenant qu’on avait la force physique et la force mentale pour entreprendre un tel changement de vie», explique Pierre Pépin.

La vie simplifiée

Une fois la décision prise et annoncée, le couple s’est senti immédiatement libéré.

«Bien du monde nous a dit qu’on allait tout perdre... mais en fait, on avait tout à gagner. On n’avait enfin plus de boulet!» partage l’aventurier de 57 ans.

«On se rend compte qu’on s’attache à des choses matérielles qui finissent par nous apporter du stress», ajoute Jennifer.

Le couple est revenu de cette expédition de 15 mois le 31 août 2015. Depuis, ils campent dans leur ancien condo, qu’ils viennent de réussir à vendre, avec les quelques effets personnels qu’ils ont empruntés à la famille et aux amis. Autrement, toutes leurs possessions se résument à ce qu’ils traînent sur leur canot. Et il n’est pas question ni pour l’un ni pour l’autre de retourner en arrière à leur vie d’avant. Ils sont impatients de repartir.

«Notre petite routine nous plaît. On campe, et on pagaie un bon huit heures par jour. On côtoie la nature de près et on rencontre des gens exceptionnels avec qui on vit des moments intenses et intimes», dit Jennifer. Délaisser leurs «affaires» pour les vraies affaires, selon le couple.

Leur prochaine aventure

Jennifer et Pierre partiront de Québec le 20 mars pour se rapprocher du lac Winnipeg. Ils devraient mettre le canot à l’eau... ou sur la glace... ou sur la route, le 29 mars, selon les conditions. Ils s’adapteront.

En 2016, ils lutteront contre le courant pour suivre un itinéraire chargé d’histoire dans une nature sauvage. «C’est par là que le Canada s’est développé, sur l’eau, par la traite des fourrures», résume Pierre. En 2017, ils traverseront le pays d’ouest en est, via des courants favorables, en passant par les grands centres urbains du pays.

Et après?

«On n’en a aucune idée!» dit Pierre.

Le couple vit le moment présent, une aventure à la fois. Une chose est certaine: il n’est pas question de renier un train de vie minimaliste à faible empreinte écologique.

Le budget de la vente de leurs biens risque d’être à sec, mais pas leurs projets ni leurs ambitions.

«On va avoir des mois pour discuter de ce qui nous inspire, de ce qui nous tente. Jennifer et moi, on passe 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ensemble. On a le temps de se parler, vraiment», partage Pierre.

Quelque chose de précieux, qui était difficile à concilier dans la folie du quotidien alors que les journées s’enchaînaient sur le pilote automatique. Sur leur canot, que l’essentiel. Rien ne leur manque.

Leur odyssée NorAm

1re boucle (du 6 juin 2014 au 31 août 2015)

  • Nombre de kilomètres parcourus : 11 000 km
  • Durée de l’expédition : 15 mois
2e boucle (en 2016-2017)
  • Date de départ : 29 mars 2016
  • Nombre de kilomètres prévu : plus de 14 000 km
  • Durée de l’expédition prévue : 20 mois
  • Pour les suivre : Wild Raven Adventure sur Facebook
  • Plus de renseignement : wildravenadventure.com