/24m/outings
Navigation

Le numérique fait le printemps

Le numérique fait le printemps
Photo courtoisie SAT

Coup d'oeil sur cet article

Expériences immersives, réalité virtuelle, performances visuelles, projections, jeux vidéos : la 3è édition du Printemps numérique débute lundi, pour la nouvelle saison, et compte séduire aussi bien le public averti que les néophytes.

«Le numérique vient vraiment bousculer les pratiques traditionnelles et œuvre comme une espèce de mer infinie de possibilités, ça élargit ce qu’on peut faire dans le monde des arts», assure Vanessa Pilon, ambassadrice de l’événement qui propose aux Montréalais de découvrir plus de 150 activités numériques tout au long du printemps.

Vanessa Pilon est l'ambassadrice de la 3è édition du Printemps numérique
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean
Vanessa Pilon est l'ambassadrice de la 3è édition du Printemps numérique

 

Ancienne chroniqueuse médias sociaux et techno à Salut, Bonjour !, cette dernière, amoureuse des arts et sensible au milieu des technologies, estime que Montréal se trouve à un « espèce de carrefour » en matière d’art numérique : « En ce moment on touche à la pointe de l’iceberg dans ce domaine et j’ai l’impression que ça va aller en se décuplant dans les prochaines années, croit-elle. On a des industries présentes sur place, une sensibilité et une ouverture, on a le talent: je pense même que c’est déjà parti, on a juste besoin on dirait du petit coup pour que le bateau parte et qu’on aille vite.»

Et pour que le bateau parte, il faut notamment que le public embarque : « Il s’agit juste de se demander : “Ok, est-ce qu’on fait le choix collectivement de vraiment mettre ça de l’avant ? ”Si oui, ça demande une volonté gouvernementale mais aussi la sensibilité du public. C’est vraiment conjointement qu’on va être capable de s’imposer sur la scène internationale. »

Au cœur du changement

Actuellement, selon elle, tout le monde ne comprend pas nécessairement ce qu’englobe l’art numérique : «Pour certains domaines c’est assez clair, les jeux vidéos par exemple, mais on n’est pas conscients je pense de tout ça que peut représenter, c’est encore un peu flou pour certains, encore niché, pas accessible. J’ai moi-même fait partie récemment d’une œuvre numérique filmée, Y20 [ndlr : présentée à l’Arsenal], ça constitue une espèce d’expérience immersive et je ne savais même pas au départ qu’on pouvait l’entrer dans la créativité numérique.»

«On est vraiment dans la voie de la démocratisation de tout ça en ce moment, c’est pour ça que je trouve mon rôle vraiment important au cœur de ce changement-là, poursuit-elle, rappelant au passage que le numérique et la technologie sont déjà au cœur de nos vies. On a des écrans qui nous entourent constamment, on est de plus en plus habitués à les voir, c’est vraiment un nouveau langage qu’on a intégré et je trouve ça le fun ».

Le Festival MUTEK, le Jardin de réalité virtuelle au Centre Phi et le Piknic Electronik font partie de ses coups de cœur. « Pour le tourisme, ça permet vraiment de rayonner en ayant ces porte-étendards : quand les gens pensent à Montréal, ils pensent à l’hiver, au festival de jazz, à des institutions qui autrefois ont été des initiatives comme celle-ci. C’est le moment d’accoler l’étiquette capitale de la créativité numérique à Montréal », conclut-elle.

Le Printemps numérique, désormais aussi un organisme à part entière, se poursuivra jusqu’au 21 juin. La programmation détaillée est disponible sur printempsnumerique.info.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lancement officiel du Printemps numérique : le 24 mars en formule 5 à 9 au Musée McCord. Présentation d’un parcours numérique au programme.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Des activités à découvrir dès maintenant :

-Jardin de réalité virtuelle au Centre Phi : une expérience de réalité virtuelle qui permet de découvrir plusieurs courts documentaires sur des grands enjeux de société du 21è siècle.

De 9h à 17h la semaine, de 12h à 17h le samedi, entrée libre, 13 ans et +

-Secrets et illusions, la magie des effets spéciaux, à la Cinémathèque québécoise : une exposition sur l’histoire des effets spéciaux et leurs spécificités techniques.

Du mardi au vendredi de 12h à 18h et le samedi et le dimanche de 13h à 18h, entrée libre

... Ou très prochainement :

-Cauchemar merveilleux à la Société des Arts Technologiques : un recueil de poèmes et de contes de l’artiste français Arthur H transposé sous forme de création sonore et visuelle... dans la Satosphère.

Dès le 20 avril

Le numérique fait le printemps
Photo courtoisie SAT

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Deux questions à Vanessa Pilon :

Quelle activité conseillerais-tu à ceux qui ne connaissent pas grand-chose à l’art numérique ?

« L’expérience immersive au Planétarium, je dirais. On le vit, on s’abandonne, et après on comprend ce que peut amener la créativité numérique. Et c’est accessible aux familles. »

Et pour les plus geeks ?

« Le Festival Chromatic. C’est vraiment intéressant, il y a beaucoup d’artistes visuels qui créent des installations, c’est plus niché. »