/weekend
Navigation

La fin d’une aventure pour Gilles Renaud

La fin d’une aventure pour Gilles Renaud
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les fidèles de la série Mémoires vives ne s’attendaient certainement pas à voir le personnage de Jacques Berthier, interprété par Gilles Renaud, mourir dans un accident de la route. Il aurait été beaucoup plus plausible de voir la maladie de Parkinson lui faire perdre de plus en plus ses capacités physiques.

Le comédien n’est pas du tout tombé en bas de sa chaise lorsqu’il a lu les textes indiquant que son personnage mourrait en tentant d’éviter un chien sur la route. Il le savait depuis le printemps dernier.

C’est même lui qui a soumis cette idée à l’auteure Chantal Cadieux le printemps dernier.

«Mon personnage s’est retrouvé un peu sur la touche en raison des intrigues qui se sont réglées dans sa vie. L’auteure a aussi choisi d’orienter Mémoires vives de plus en plus vers une série policière et elle ne savait pas trop où s’en aller avec mon personnage. On en a discuté ensemble, et j’ai suggéré qu’il disparaisse, qu’il parte en voyage ou qu’il meure», a-t-il raconté lors d’un entretien.

Le comédien explique qu’il a aussi été moins présent sur le plateau de tournage de cette série en raison du tournage du film Les mauvaises herbes et celui de la troisième saison de Mirador, qui fera un retour à l’automne sur les ondes de Séries+.

Gilles Renaud avoue qu’il n’a pas vécu un énorme deuil à la suite de la mort de Jacques Berthier et la scène avait été tournée en octobre dernier.

De la bonne télé

Le comédien précise qu’il n’a pas de difficulté à passer d’un personnage à un autre. C’est quelque chose qu’il vit régulièrement au théâtre.

«On joue un personnage sur scène pendant qu’on apprend les textes d’une autre pièce. J’ai déjà terminé un spectacle pour en commencer un autre trois jours plus tard. C’est notre métier, on s’y habitue et le deuil se fait assez rapidement. C’est un mécanisme qu’on développe avec le temps», a-t-il laissé tomber.

Gilles Renaud a regardé avec intérêt l’épisode de sa mort et ceux qui ont suivi.

«J’ai vu les réactions de ma famille à la suite de mon décès et j’étais content. J’ai trouvé que c’était très beau et que ça faisait de la bonne télé», a-t-il fait savoir.

Le comédien avoue avoir vécu une très belle aventure avec cette série, qui est en ondes depuis janvier 2013.

«J’ai eu quatre blondes avec Francine Blanchard (Véronique Le Flaguais), Claire Hamelin (Marie-Thérèse Fortin), Jenny (Louise Turcot) et Mélissa (Catherine De Léan). Il y avait une belle unité avec Flavie (Catherine Renaud), Mathilde (Charli Arcouette) et Nicolas (Patrick Drolet), qui sont des acteurs fantastiques et qui jouaient mes enfants. Il y a même eu un bébé naissant. Tout le monde était tout croche lorsqu’ils ont appris le destin tragique de mon personnage. Ils ont pris ça un peu personnel, comme si un membre de leur famille d’acteurs quittait. On était très près, des liens ont été tissés, et c’est là pour longtemps», a-t-il fait remarquer.

Mirador

Gilles Renaud a eu beaucoup de plaisir à retrouver l’équipe et le personnage de Richard Racine, président et directeur général d’un cabinet de relations publiques dans Mirador, qui avait été heurté par un véhicule, lors de la deuxième saison.

«Il avait subi un grave traumatisme crânien, et on découvre qu’il est atteint par une maladie dégénérative très rare et qui le rend complètement dément. Tout peut très bien aller pour lui durant trois ou quatre jours et, tout à coup, il pète des coches. Il devient paranoïaque, sans aucune inhibition et violent. Il fait peur», a mentionné Gilles Renaud, ajoutant, en riant, que c’était très agréable à jouer.


  • Mémoires vives est présenté les mardis à 21 h sur les ondes d’ICI Radio-Canada.

  • On peut aussi voir Gilles Renaud dans le film Les mauvaises herbes, à l’affiche partout au Québec.