/lifestyle/health
Navigation

Habitudes de vie et cancer du côlon

doctor with stethoscope document file word cancer on bokeh background
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le cancer colorectal est le troisième type de cancer le plus couramment diagnostiqué au Canada. Il touche environ 22 000 personnes par année. (1)

Le cancer colorectal est une maladie qui se développe à l’intérieur du colon et du rectum. Il se forme le plus souvent à partir de petits polypes (petits bourgeons) dans la paroi interne de l’intestin. Ces polypes ne sont pas cancéreux au départ, mais certains peuvent se transformer en tumeurs malignes.

Certains facteurs de risque ne sont pas modifiables: Âge (+ de 50 ans), antécédents familiaux ou personnels de cancer du côlon ou de polypes, et être atteint d’une maladie inflammatoire intestinale.

Meilleures habitudes de vie

Par contre, nous pouvons influencer les facteurs de risque dits modifiables. De plus en plus de recherches démontrent que l’adoption de meilleures habitudes de vie joue un rôle important dans la prévention du cancer du côlon.

Commençons par l’alimentation. Une grande consommation d’aliments riche en antioxydants (fruits et légumes variés), de produits céréaliers à grains entiers comme l’orge, l’avoine, de même que le poulet, les légumineuses et les produits laitiers faibles en gras favorisent une diminution du risque. Des données probantes laissent croire qu’une réduction du risque de cancer colorectal est aussi associée à la consommation d’oméga 3 provenant du poisson. (2) Les oméga 3 réduisent l’inflammation et plus particulièrement celle du côlon. Boire beaucoup d’eau est une bonne habitude à prendre pour faciliter votre digestion et prévenir la constipation.

Vient ensuite l’activité physique. De nombreuses études ont démontré que les gens qui font de l’activité physique modérée (Marche rapide, danse ...) à intense (course, vélo...) diminuent leur risque de cancer colorectal en comparaison avec les personnes sédentaires. De plus, l’exercice physique facilite le transit intestinal, ce qui raccourcit le temps que les matières fécales résident dans l’intestin.

Surpoids et alcool

Par ailleurs, on pense que le fait d’avoir du poids en trop ou d’être obèse a un effet sur les taux d’hormones et les processus inflammatoires dans l’organisme, et peut donc favoriser l’apparition d’un cancer.

Finalement, il est démontré qu’une consommation régulière d’alcool en quantité excessive de même que le tabagisme augmentent le risque de cancer colorectal. Lors de sa métabolisation par l’organisme, l’alcool produit des substances cancérigènes qui peuvent s’accumuler dans l’intestin et endommager l’ADN cellulaire. Il en est de même pour le tabac, dont les substances toxiques contenues dans la fumée de cigarette sont en contact direct avec plusieurs organes, dont le gros intestin.

Prenez votre santé en main!


(1) Société canadienne du cancer www.cancer.ca

 

Nouvelles médicales

Mars est le Mois de la nutrition

Saviez-vous que juste durant le mois de mars, chaque personne consommera presque 100 repas?

Dans le cadre du Mois de la nutrition, les diététistes du Canada «invitent les gens à relever le défi des 100 repas en s’engageant à apporter de petits changements à leurs habitudes alimentaires et à les maintenir, un repas à la fois».(1)

Le slogan de la campagne est: Relevez le défi des 100 repas – faites de petits changements, un repas à la fois.

Chaque semaine pendant le défi, des diététistes nous offrent des trucs, des suggestions et des stratégies pour nous encourager à améliorer la qualité de notre alimentation.

Rendez-vous sur le site : www.moisdelanutrition.ca

 

Mythe ou réalité

«Le sulfate de glucosamine guérit l’arthrite»

Mythe. Le sulfate de glucosamine ne guérit pas l’arthrite. Cependant, il peut diminuer la douleur et l’inflammation que l’on retrouve chez les gens souffrant d’arthrose. La posologie étant de 500 mg aux huit heures. Mais il faut être prudent. Si vous prenez du Coumadin, le sulfate de glucosamine peut augmenter l’effet du Coumadin et entraîner une hémorragie. Discutez-en avec votre professionnel de la santé.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.