/opinion/columnists
Navigation

Marine Le Pen: au-delà des insultes

Marien Le Pen, présidente du Front national.
Photo AFP Marien Le Pen, présidente du Front national.

Coup d'oeil sur cet article

Et si, au lieu de diaboliser le Front national et de traiter ses électeurs de débiles et de néofascistes, on se demandait plutôt comment ce parti autrefois radioactif et infréquentable s’est rendu là où il est?

Il me semble que ça serait plus instructif, non?

La gauche contre le peuple

La gauche aime dire qu’elle aime le peuple, qu’elle parle pour le peuple et qu’elle a les intérêts du peuple à cœur.

Eh bien, selon un récent sondage TNS Sofres, un des leaders mondiaux en analyse de données, voici ce que pense le peuple français:

– 73 % croient qu’il faut rétablir le service militaire;

– 70 % pensent que la justice n’est pas assez sévère avec les petits délinquants;

– 65 % croient qu’il faut donner plus de pouvoir à la police;

– 54 % pensent qu’il y a trop d’immigrés en France;

– 52 % trouvent qu’on accorde trop de droits à l’islam et aux musulmans en France.

Bref, on est loin des programmes proposés par les partis de gauche!.

Le programme du Front national n’a rien de fasciste ! 

Quoi qu’en pense l’élite bien-pensante, une bonne partie des Français «d’en bas» (les ouvriers, les travailleurs et les gagne-petit qui vivent dans des quartiers populaires) ne se reconnaissent plus dans la gauche traditionnelle.

Normal: ce sont eux qui ont le plus senti l’impact de l’immigration massive et qui ont vu leur quartier se transformer – pas les «bobos» de gauche qui vivent dans des quartiers huppés et bien souvent homogènes.

Malheureusement, quand ces gens lèvent la main et disent qu’ils ont peur de se balader dans la rue le soir, qu’ils ne se sentent plus chez eux dans certains coins de la ville, que font nos bien-pensants de gauche?

Ils leur ordonnent de se fermer la gueule et les traitent de racistes et de xénophobes!

Résultat: las de se faire traiter de «beaufs réacs» par ceux-là mêmes qui, avant, les défendaient, écœurés de se faire regarder de haut par une élite qui les méprise et ne les écoute plus, les Français «d’en bas» ont rangé leur drapeau rouge et sont passés à droite.

Les bonnes questions

Je ne dis pas que le Front national apporte les bonnes réponses aux problèmes qui se posent à la France, loin de là.

(Pas sûr que le retrait de l’euro soit la meilleure des choses...)

Mais au moins, comme disait Laurent Fabius, le FN pose les bonnes questions.

Alors que les autres politiciens peinent à prononcer les mots «terrorisme islamiste», Marine Le Pen, elle, met le doigt sur le bobo et appelle un chat un chat.

Et puis, la plupart des gens qui diabolisent le Front national n’ont jamais lu son programme.

Oui, certaines propositions sont excessives (obligation de quitter la France pour les étrangers au chômage depuis un an, par exemple), mais le programme du parti de Marine Le Pen n’a rien de fasciste!

Économiquement, il flirte même avec l’extrême gauche...

La gauche veut bloquer le chemin au Front national?

Parfait.

Alors, qu’elle commence par écouter le peuple. Et par proposer des réponses intelligentes aux questions LÉGITIMES que de plus en plus de Français se posent.

 
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.