/entertainment/tv
Navigation

Céline Bonnier en vedette dans L’heure bleue à TVA

L’actrice sera l’une des têtes d’affiche de TVA en janvier 2017

Céline Bonnier en vedette dans <i>L’heure bleue</i> à TVA
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Sacrée Meilleure actrice au Gala du cinéma québécois dimanche pour La passion d’Augustine, la comédienne donnera la réplique à Benoît Gouin dans L’heure bleue, la nouvelle série des auteurs de Yamaska, Anne Boyer et Michel D’Astous.

Céline Bonnier et Benoît Gouin joueront Anne-Sophie et Bernard, un couple de Cowans­ville déchiré au lendemain d’un drame qui touche leur famille en plein cœur. La première tentera de refaire sa vie à Montréal; le second restera sur place pour tenir bon.

«Ça montre deux façons complètement différentes de gérer un choc», explique Anne Boyer.

Pour le moment, les auteurs tiennent à garder ce drame secret. Il sera toutefois révélé dans le premier épisode, que TVA prévoit diffuser en janvier 2017. Stéphane Beaudoin (Yamaska) réali­sera cette série également produite par Anne Boyer et Michel D’Astous (Duo Productions).

Avec 24 épisodes par année, L’heure bleue fera partie des «séries annuelles» aux prix Gémeaux. Sa première saison comportera toutefois 12 épisodes. L’action commencera quand Anne-Sophie décidera de tout abandonner pour mieux se retrouver ailleurs. «Elle passera la nuit dans un appart du Mile­­-End entourée d’une gang de jeunes gars en bas de 30 ans...» précise Anne Boyer.

Et pourquoi L’heure bleue? Parce que cette expression­­ désigne la période du jour, juste avant la nuit, où le ciel se remplit d’un bleu foncé. «C’est l’heure où tout est possible, dit Michel D’Astous. C’est une allégorie pour désigner le moment où ta vie peut basculer dans un sens ou dans l’autre.»

Casting multiculturel

L’heure bleue présentera une distribution diversifiée, promet-on. En effet, les nouveaux colocataires montréalais d’Anne­­-Sophie seront issus de minorités culturelles. Voilà une première réponse concrète aux nombreuses critiques dénonçant la trop grande blancheur du petit écran québécois. «Ce n’est pas une commande externe; ça vient de nous», indique Anne Boyer.

«Ça représente l’univers dans lequel vivent mes enfants, poursuit Michel D’Astous. Quand ils invitent leurs amis chez nous, c’est la Société des Nations! On voulait avoir des personnages avec d’autres références culturelles. C’est quelque chose qu’on voulait aborder.»

L’heure bleue, qui sera tournée à Cowansville­­ et à Montréal, sera dotée d’une écriture «moderne», annoncent les auteurs du Gentleman, Nos étés, Les poupées russes et Tabou.

«C’est un ton différent, dit Michel D’Astous. Après sept ans de Yamaska, on essaie d’aller ailleurs tout en gardant le fond humain qui caractérise nos séries.»

L’horaire de tournage de L’heure bleue devrait permettre à Céline Bonnier de conserver son rôle dans Unité 9, affirment les producteurs.