/sports/hockey
Navigation

Les Hurricanes à Québec, est-ce possible?

Les Hurricanes à Québec, est-ce possible?
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Le propriétaire des Hurricanes de la Caroline, Peter Karmanos, était catégorique dans une entrevue accordée au Journal en décembre. «Cette équipe n’ira nulle part. Vous perdez votre temps à regarder du côté de la Caroline», avait-il fustigé.

Pourtant, la machine à rumeurs s’est emballée la semaine dernière alors que les directeurs généraux se rencontraient à Boca Raton pour discuter d’une possible expansion dans la LNH. Québec en serait exclue alors que Las Vegas obtiendrait une équipe aussi vite qu’en 2017. Ce ne sont évidemment que des spéculations.

Toutefois, il pourrait y avoir un raisonnement parfaitement logique derrière l’omission de Québec dans le processus d’expansion de la Ligue nationale de hockey.

Un mot: transfert.

D’abord, pour Québec, il coûterait beaucoup moins cher de faire l’acquisition d’une équipe déjà établie dans le circuit Bettman, les frais de relocalisation étant moins élevés que les 500 millions $ demandés par la ligue pour mettre la main sur une franchise (les Jets ont payé 60 millions $ à la LNH pour déménager les Thrashers à Winnipeg).

Puis, ce transfert permettrait à la LNH d’équilibrer les deux Associations en ajoutant Las Vegas et éventuellement Seattle, qui prépare la construction d’un amphithéâtre capable d’accueillir des équipes de la LNH et de la NBA.

Alors, si Québec n’est pas en mesure d’obtenir une équipe via le processus d’expansion, quelle équipe serait la mieux placée pour y déménager?

La réponse: les Hurricanes de la Caroline. Voici pourquoi.

Le propriétaire de l’équipe, Peter Karmanos, tente de vendre l’équipe depuis plus d’un an. Il espère toutefois trouver un acheteur qui permettra aux Hurricanes de demeurer en Caroline. Il croit que l’équipe a encore sa place au sein du paysage sportif de la ville et refuse toute comparaison avec la situation d’Atlanta.

Pourtant, les similitudes sautent aux yeux.

Les Thrashers devaient rivaliser avec les Hawks (NBA), les Falcons (NFL), les Braves (MLB) ainsi que les équipes universitaires de basketball et de football.

Bien qu'évoluant à Raleigh, et non à Charlotte, les Hurricanes ne sont pas en reste non plus. La TRÈS populaire série NASCAR fait fureur en Caroline et le basketball universitaire est une religion pour les habitants de l’État. Les universités North Carolina, Duke et North Carolina State sont d’ailleurs toutes à proximité du domicile des «Canes».

De plus, les piètres performances de l’équipe au cours des dernières années n’ont certainement pas aidé la cause.

La preuve, les «Canes» occupent le 30e et dernier rang de la ligue au chapitre des assistances, n’attirant que 12 007 spectateurs en moyenne par rencontre (selon ESPN). L’aréna n’est rempli qu’à 64,3 %, ce qui les place aussi au dernier rang de la LNH derrière les Blue Jackets de Columbus qui les devancent par plus de 10 points (76,9 %).

La valeur de l’équipe n’a augmenté que de 5 M$ entre 2014 et 2015, se situant à 225 M$ selon le magazine Forbes. Seules les franchises des Coyotes de l’Arizona et des Panthers de la Floride ont une valeur moindre que celle des Hurricanes.

Un bail solide

Cependant, un obstacle de taille pourrait compromettre un déménagement de la Caroline vers Québec. Le bail avec le PNC Arena qui viendra à échéance en 2024.

«Des sièges vides, j’en voudrais moins, mais ça ne me préoccupe pas du tout, avec notre bail qui est le plus avantageux de toute la Ligue. On récolte les revenus de l’aréna sans payer de frais, de loyer ou de taxes. Pour­quoi cette équipe déménagerait-elle?» avait ajouté Karmanos dans l’entrevue accordée à Stéphane Cadorette.

Le bail super avantageux n’a toutefois pas empêché les Hurricanes de déclarer des pertes de 11,7 M$ en 2014-2015.

Rappelons également que Karmanos avait promis que les Whalers demeureraient à Hartford jusqu’à la fin du bail, échu en 1998, lorsqu’il en a fait l’acquisition en 1994. Pourtant, les Whalers ont déménagé en Caroline à la fin de la saison 1996-1997.

LA SITUATION DES HURRICANES

Directeur général: Ron Francis

Entraîneur-chef: Bill Peters

Meilleur marqueur: Jeff Skinner | 25 buts, 43 pts

Meilleur défenseur: Justin Faulk | 15 buts, 34 pts

Gardien n°1: Cam Ward | 20-15-5, 2,44; 0,907 (Joueur autonome sans compensation à la fin de la saison)

Plus haut salarié: Jordan Staal | 6M$/saison

2015-2016: 49 contrats | 2016-2017 : 25 contrats | 2017-2018 : 16 contrats

UFA/RFA 2015-2016 :

- Nathan Gerbe

- Riley Nash

- Chris Terry

- Brad Malone

- Viktor Rask

- Joakim Nordstrom

- Brody Sutter

- Ryan Murphy

- Michal Jordan

- Cam Ward

UFA/RFA 2016-2017 :

- Jay McClement

- Andrej Nestrasil

- Phil DiGiuseppe

- Ron Hainsey

- Trevor Carrick

- James Wisniewski

Meilleurs espoirs (- de 25 matchs dans la LNH) :

Haydn Fleury, D

Sebastian Aho, AD

Nicolas Roy, C

Trevor Carrick, D

Roland McKeown, D

Alex Nedeljkovic, G

Lucas Wallmark, C

Brock McGinn, AG

Daniel Altshuller, G

Sergey Tolchinsky, AG

Brody Sutter, AD

Valentin Zykov, AG

Callum Booth, G (Remparts de Québec)

--

11 choix au repêchage en 2016

10 choix au repêchage en 2017