/finance/business
Navigation

Restructuration importante chez Rio Tinto

Rio Tinto instaure une structure uniforme de ses usines du Saguenay-Lac-Saint-Jean afin d’avoir une meilleure synergie.
Photo ROGER GAGNON Rio Tinto instaure une structure uniforme de ses usines du Saguenay-Lac-Saint-Jean afin d’avoir une meilleure synergie.

Coup d'oeil sur cet article

Rio Tinto effectue une restructuration majeure de ses installations régionale. Les cinq usines de sa division aluminium seront fusionnées en une seule entité administrative qu’on nommera désormais l’aluminerie Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Cette nouvelle forme de gestion était devenue nécessaire afin d’assurer la compétitivité et la survie des usines du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«Présentement, le marché de l’aluminium est très difficile, donc nous devons optimiser nos façons de faire pour nous assurer de demeurer compétitifs. C’est ce qu’on fait aujourd’hui en créant une usine de 1,3 million de tonnes au Saguenay-Lac-Saint-Jean», souligne Xuân-Lan Vu, porte-parole régionale pour Rio Tinto.

En fonctionnant ainsi, l’aluminerie Saguenay-Lac-Saint-Jean devient la plus grande aluminerie en Amérique du Nord avec 1,3 million de tonnes d’aluminium produit annuellement.

La nouvelle structure permettra à Rio Tinto de concurrencer les alumineries de la Chine et du Moyen-Orient.

«On se positionne vraiment pour faire face à la concurrence mondiale. On doit avoir une organisation qui répond à cette structure-là. Une aluminerie de 1,3 million de tonnes, ça se gère différemment. C’est vraiment une structure qui nous permettra de continuer à opérer», ajoute-t-elle.

PERTES D’EMPLOIS

L’aluminerie Saguenay-Lac-Saint-Jean compte actuellement 4 300 employés syndiqués et cadres répartis dans cinq usines.

La nouvelle structurelle opérationnelle n’entrainera pas de pertes d’emplois chez les travailleurs syndiqués. Toutefois, Rio Tinto n’est pas en mesure, pour le moment, de garantir que tous les postes de cadres seront maintenus.

La haute direction a rencontré le personnel-cadre, cet après-midi, afin d’expliquer le nouveau plan de fonctionnement. Ceux-ci n'ont pas souhaité faire de commentaires après la rencontre.

De leur côté, les syndiqués rencontrés à la sortie des usines voient cette restructuration comme «une mauvaise nouvelle».

C’est le directeur général du l’Usine d’Alma, Guy Gaudreault, qui sera à la tête de l’aluminerie Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La nouvelle structure se mise en place dès le mois d’avril.

La restructuration pourrait mener à des pertes d’emplois chez les cadres.
Photo LAURA-JESSICA BOUDREAULT
La restructuration pourrait mener à des pertes d’emplois chez les cadres.

 

SOUS-TRAITANCE

Cette restructuration aura également un impact pour les contrats accordés en sous-traitance. TVA Nouvelles révélait, mercredi, que le géant de l'aluminium réduit le nombre de compagnies d'ingénierie avec qui elle fait affaire.

Rio Tinto passe de cinq fournisseurs de services d'ingénieries à un seul, Adecco, qui a été choisi après un processus d'appel d'offres.

Les employés de ses sous-traitants ont été avisés sur les lieux de travail.

Rio Tinto continuera de faire affaire avec d'autres firmes d'ingénierie, mais pour des mandats précis, ponctuels et spécifiques.

La compagnie étudiait un processus de rationalisation depuis un an afin de réduire ses coûts et de se donner plus de flexibilité.