/travel/destinations
Navigation

Melbourne, ville la plus agréable au monde

Melbourne, ville la plus agréable au monde
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

MELBOURNE, Australie | Depuis cinq ans, Melbourne se classe au premier rang des villes où il fait bon vivre selon l’Economist Intelligence Unit. Pas étonnant, quels que soient la saison, le jour ou l’heure, cette jolie ville australienne déborde d’activités et d’événements.

Les festivals s’enchaînent toute l’année. Parmi les plus courus on trouve le Food & Wine Festival (bouffe), Comedy Festival (humour), Midsumma (gai), Good Beer Week (bière), Writers Festival (littérature), Fringe Festival (arts de la scène) et Open House (architecture).

De nouvelles œuvres et graffitis apparaissent tous les jours dans Hosier Lane, une ruelle du centre-ville consacrée à l’art de rue.
Photo Audrey Bourget
De nouvelles œuvres et graffitis apparaissent tous les jours dans Hosier Lane, une ruelle du centre-ville consacrée à l’art de rue.

Pour les amateurs d’art et d’histoire, la ville compte plus de 100 musées et galeries, dont plusieurs sont gratuits. Le NGV et ACMI valent particulièrement le détour. Mais l’art n’est pas ­seulement exposé dans des galeries: les artistes sont encouragés à s’exprimer sur les murs de la ville, qui est ­renommée pour son art de la rue.

Pour les fans de sport, il y a bien sûr l’Australian Open et la F1, mais aussi des sports typiques d’ici. La saison de football australien bat son plein entre mars et octobre et celle des courses de chevaux entre septembre et novembre, pour culminer avec la Melbourne Cup. Et c’est sans parler du surf, du rugby ou du cricket.

Les jardins botaniques de Melbourne s’étendent sur 38 hectares.
Photo Audrey Bourget
Les jardins botaniques de Melbourne s’étendent sur 38 hectares.

Si vous voulez refaire votre garde-­robe, vous aurez le choix entre des centres commerciaux hypermodernes comme Emporium et Chadstone ou des petites boutiques de designers locaux sur les rues Chapel et Brunswick.

Envie de prendre un verre? Les bars sur les toits avec vue sur la ville, ­comme Naked in the Sky, ont la cote. Également à ne pas manquer, Black Pearl et The Everleigh, deux des meilleurs bars au monde, où l’on vous concoctera un cocktail sur mesure. Si c’est faire la fête jusqu’au petit matin qui vous allume, c’est possible, certains bars étant ouverts jusqu’à 5 h et parfois toute la fin de semaine.

Ouvrez l’œil, plusieurs bars et restaurants sont cachés aux détours de ruelles.
Photo Audrey Bourget
Ouvrez l’œil, plusieurs bars et restaurants sont cachés aux détours de ruelles.

On y mange (très) bien

Melbourne est une ville gourmande. Plusieurs chefs célèbres dont Anthony Bourdain, Heston Blumenthal et Rachel Khoo sont de grands fans de sa scène culinaire.

Le brunch, sacré, est servi toute la journée, même en semaine. Pas question de se contenter d’œufs et de bacon; les chefs rivalisent d’originalité. Essayez­­ la soupe ramen déjeuner, de Hammer & Tong, les œufs au wallaby fumé, de The Kettle Black, ou le jaffle à l’agneau épicé, de Chez Dré. Les baristas prennent leur travail au sérieux et élèvent le café au rang d’art.

Une scène typique de Melbourne: un espace abandonné est transformé en galerie d’art temporaire.
Photo Audrey Bourget
Une scène typique de Melbourne: un espace abandonné est transformé en galerie d’art temporaire.

Melbourne est aussi multiculturelle. On y retrouve toutes les cuisines imaginables, mais on sent spécialement la proximité de l’Orient. Des restaurants comme Chin Chin, Supernormal et Mr. Myagi mélangent les saveurs de ­plusieurs pays d’Asie pour créer des plats originaux. Il n’est pas nécessaire de dépenser beaucoup pour bien ­manger puisque plusieurs de ces ­restaurants ont leurs camions de ­cuisine de rue qui sillonnent la ville.

On s’y sent chez soi

Les Australiens disent que si l’on ­compare leurs villes à une relation amoureuse, Sydney est une histoire d’un soir, mais Melbourne, c’est pour la vie. Melbourne est excitante et ­confortable à la fois.

Une rivalité amicale existe entre les quartiers du nord, qui se veulent plus cool et bohèmes, et ceux du sud, plus chics et huppés. On découvre rapidement son côté favori, mais on ne peut s’empêcher de tricher de temps en temps et de traverser le fleuve Yarra pour voir ce que l’autre côté a à offrir.

Le City Circle Tram est un tram gratuit qui fait le tour de la ville.
Photo Audrey Bourget
Le City Circle Tram est un tram gratuit qui fait le tour de la ville.

Bien que la ville soit très grande, il est facile de se déplacer d’un quartier à l’autre avec le système de trams, de trains et d’autobus. Le vélo étant aussi très populaire, il y a beaucoup de pistes cyclables et un système de location ­similaire à Bixi.

On vous conseille toutefois de ­marcher pour pouvoir observer les ­magnifiques murales, repérer bars et cafés cachés au détour de ruelles ou tout simplement profiter de la ­température clémente.

Une œuvre de l’artiste Rone dans le quartier Collingwood. Rone était invité au Festival Mural de Montréal en 2014.
Photo Audrey Bourget
Une œuvre de l’artiste Rone dans le quartier Collingwood. Rone était invité au Festival Mural de Montréal en 2014.

Oui, Melbourne est plutôt branchée avec son art de rue, sa culture du café et ses nombreux restaurants, mais elle est accueillante et pas snob pour deux sous. Après quelques jours, vous ­n’aurez plus envie de partir. Vous êtes prévenus!

Melbourne comme si vous y habitez

  • Roulez en vélo de long du fleuve Yarra
  • Laissez votre marque dans Hosier Lane, une ruelle ornée de graffitis
  • Encouragez «votre» équipe à l’occasion d’un match de football australien
  • Baladez-vous dans les ruelles jusqu’à ce que vous trouviez un café sympa
  • Installez-vous dans un pub pour entendre les prochains Courtney Bartnett et Vance Joy
  • Choisissez votre côté favori de la rivière... nord ou sud?