/opinion/blogs/columnists
Navigation

Pas de pitié pour les perdants

Pas de pitié pour les perdants
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien retrouvait les Rangers pour la première fois depuis le soir fatidique du 25 novembre, lorsque Carey Price est tombé au combat au Madison Square Garden.
A-t-on besoin de vous rappeler que l’équipe de Michel Therrien occupait alors le premier rang du classement général avec une fiche étincelante de 17-4-2?
Quatre longs mois se sont écoulés et le Canadien présente le pire dossier dans la LNH, soit 17-32-4, depuis cette victoire de 5 à 1 remportée à la fin novembre à New York.
On peut vous annoncer que l’équipe est officiellement éliminée des séries, sur le plan mathématique, depuis samedi soir, mais elle l’était depuis plusieurs semaines.
Les Rangers n’avaient pas l’intention d’afficher la moindre pitié pour le Tricolore lors de ces retrouvailles.
Menée par Chris Kreider et Derick Brassard, la solide troupe d’Alain Vigneault a filé vers une victoire de 5 à 2.
Pif, paf, pouf, le Canadien a croulé en deuxième période, comme Kevin Bizier au deuxième round dans le ring en Angleterre.
La foule rouspète
Cette piètre performance du CH lui a valu plusieurs huées, notamment lors des situations d’avantage numérique. L’attaque massive a été pitoyable avec un rendement de 0 en 6 face aux Rangers. Un rendement qui est d’ailleurs de 2 en 41 depuis un mois.
À son 50e match de la saison, Mike Condon a été chassé après avoir accordé cinq buts sur un total de 19 tirs en deux périodes.
Il n’a pas connu une bonne soirée, mais force est d’admettre que Condon a été abandonné à son sort par ses coéquipiers, qui ont multiplié les revirements.
Brassard meilleur que jamais
Ce match nous a permis d’apprécier le talent de Brassard, qui a récolté un but et deux passes. Le Gatinois connaît sa meilleure saison avec 27 buts.
Pendant que Brassard brillait de tous ses feux devant famille et amis, c’était pas mal moins drôle dans le camp du Canadien.
Une fois de plus, les meilleurs joueurs du CH se sont fait damer le pion. Pacioretty, Galchenyuk et Markov ont chacun terminé la soirée avec une fiche défensive de -2.
L’histoire s’est donc répétée, mais le supplice des partisans achève puisqu’il ne reste plus que six matchs à disputer dans cette saison de misère.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.