/opinion/columnists
Navigation

Non aux JO

Coup d'oeil sur cet article

Le maire Labeaume se rend à Lausanne à la demande du Comité international olympique qui trouve que Québec serait une belle ville pour les Jeux olympiques d’hiver.

J’espère qu’il a lu les trois livres du journaliste d’enquête Andrew Jennings sur la corruption dans les Jeux olympiques. Les écrits du même Jennings ont mené à l’inculpation du président éternellement réélu de la FIFA, Sepp Blatter.

Invitation

Le CIO a ajouté l’étape de «l’invitation» dans le processus de sélection des villes hôtes pour contrer un phénomène gênant: seules les dictatures peuvent organiser des Jeux avec tout le faste qu’il exige et les caprices et la voracité des fédérations sportives. Oslo, Boston, Toronto ont renoncé. Il doit maintenant séduire des villes échaudées pour maintenir une surenchère entre candidates.

Jennings raconte comment les lobbyistes de Salt Lake City ont soudoyé les membres du CIO pour 2002, comment l’ex-président de la fédération d’athlétisme a rançonné les Coréens pour son profit personnel. Il y en a pour 900 pages de scandales qui s’enchaînent.

Il raconte comment Adidas et le CIO ont transformé les Jeux en machine à fric. D’ailleurs, l’actuel président du CIO a commencé chez Adidas, grâce à celui-là même que Jennings dénonce. L’actuel président a aussi été l’avocat-lobbyiste de Siemens, qui a obtenu les juteux contrats d’équipements aux Jeux de Pékin.

Club fermé

À chaque soupçon, le CIO plaide sa virginité renouvelée. Mais il reste un club fermé, dont les membres se cooptent entre eux, votent secrètement et ne rendent de comptes à personne. Il continue à bénéficier de suites somptueuses, d’un complexe luxueux sur les hauteurs de Lausanne, d’un musée opulent.

J’admire les athlètes qui consacrent leur jeunesse à des sports peu lucratifs. Mais tant que le Comité international olympique ne sera pas réformé et nettoyé en toute transparence, je préfère que les JO se déroulent ailleurs, même en Sibérie ou au Qatar!