/news/politics
Navigation

Qui était Jean Lapierre?

Sa vie en 12 faits marquants

Qui était Jean Lapierre?
Photo d'achives

Coup d'oeil sur cet article

L’analyste et ancien politicien Jean Lapierre, décédé tragiquement, mardi, à l’âge de 59 ans, dans l’écrasement d’un avion aux Îles-de-la-Madeleine, était connu pour son langage coloré et ses contacts bien informés dans les sphères politiques.

Jean Lapierre était un communicateur né qui multipliait les tribunes et se montrait très actif sur les réseaux sociaux. Souvent premier sur la nouvelle, il livrait avec zèle les informations qu’il colligeait auprès de ses nombreuses sources.

Sa dernière publication sur Twitter, lundi, mentionnait que son père Raymond C. Lapierre, âgé de 83 ans, venait de s’éteindre d’un long combat contre la maladie de Parkinson. Il se rendait d’ailleurs aux funérailles de son père lorsque l’écrasement s’est produit.

Analyste aguerri, Jean Lapierre maniait l’art de la formule et usait d’images mordantes et aiguisées pour livrer ses commentaires, dans une présence remarquée tant à la radio qu’à la télévision.

Avant son décès, on pouvait l’entendre au 98,5 FM et le voir à TVA, où il s’impliquait de manière assidue. Il était aussi un habitué des panels électoraux où il n’avait pas son pareil pour scruter les sorties de différents acteurs du monde politique.

Sa vie

• Jean Lapierre, qui a toujours été fier de ses origines, a vu le jour à Bassin, aux Îles-de-la-Madeleine, en 1956.

• Il a fait des études en droit et était toujours un membre du barreau.

• Il a vite fait le saut dans l’arène politique pour le Parti libéral du Canada, alors qu’il n’était âgé que de 23 ans.

• En 1984, après avoir été élu une troisième fois dans le comté de Shefford, il est nommé ministre d’État à la Jeunesse, à la Condition physique et aux Sports, devenant même le plus jeune ministre fédéral de l’histoire.

• Dans la foulée de l’échec de l’accord constitutionnel du lac Meech, Jean Lapierre claque la porte du Parti libéral, alors sous la férule de Jean Chrétien.

• Il a ensuite aidé à fonder le Bloc québécois.

• En 1992, il prend la décision de faire le saut du côté des médias où sa connaissance des coulisses du pouvoir et ses liens avec de nombreuses personnalités, tant au parlement d’Ottawa qu’à celui de Québec, en ont fait un chroniqueur prisé.

• Il devient d’abord animateur à la station de radio CKAC avant de passer devant le petit écran en 2001 en tant qu’animateur et analyste pour TQS.

• À la demande de Paul Martin, qui a repris le flambeau du Parti libéral du Canada, Jean Lapierre effectue un retour en politique en 2004.

• Considéré comme le lieutenant de M. Martin au Québec, il est élu député d’Outremont lors des élections générales du 28 juin 2004.

• La défaite du Parti libéral en 2006 force M. Lapierre à se retrouver du côté de l’opposition où il agira à titre de porte-parole à l’industrie.

• Il a finalement annoncé sa démission en janvier 2007 et signe un contrat avec TVA où il sera chroniqueur politique dans le cadre de nombreuses émissions.