/sports/others
Navigation

Doigt d’honneur, jet d’ordures: un match de volley entre Russes et Turques dérape à Istanbul

Doigt d’honneur, jet d’ordures: un match de volley entre Russes et Turques dérape à Istanbul
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Doigt d’honneur, jets d’ordures: un match de volley-ball disputé mardi soir à Istanbul a totalement dérapé, a assuré une joueuse russe, suivie par sa fédération qui a dénoncé mercredi le «comportement inacceptable» des partisans turcs.

Le club russe du Dynamo Krasnodar a subi «le comportement inacceptable des partisans locaux» lors d’un match de Coupe d’Europe mardi perdu 3 à 2 contre le club turc de Galatasaray, a déclaré à l’AFP la porte-parole de la Fédération, Irina Zolotova.

«Nous allons sans aucun doute informer la Confédération européenne du volley-ball (CEV) de cet incident», a-t-elle ajouté, précisant que la Fédération possédait une vidéo tournée lors du match.

Tatiana Kosheleva, l’attaquante du Dynamo Krasnodar, a affirmé, dans un message publié sur son compte Instagram, avoir été «choquée par le comportement plus qu’inadéquat des fans de l’équipe turque».

«Leurs paroles et leurs gestes révélaient une forte haine contre nous. Ils ont jeté des ordures sur nos têtes depuis les tribunes», a-t-elle raconté.

La joueuse a affirmé avoir «été la plus choquée lorsque l’entraîneur en chef de Galatasaray a adressé un doigt d’honneur» à elle et au personnel de l’équipe russe.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a indiqué aux journalistes «surveiller de près» la situation, en soulignant ne pas exclure une «réaction officielle» des autorités russes si ces faits se confirment.

Samedi, le Dynamo Krasnodar accueillera Galatasaray en match retour, dans le sud de la Russie.

«Nous allons renforcer les mesures de sécurité samedi», a déclaré à l’AFP la porte-parole du club russe, Olga Smitiouk.

Mais  je suis convaincue que nos partisans ne se déshonoreront jamais par un tel comportement inapproprié», a-t-elle assuré.

Les relations entre Ankara et Moscou sont au plus bas depuis l’écrasement d’un avion militaire russe le 24 novembre, abattu au-dessus de la frontière syrienne par l’armée turque qui l’a accusé d’avoir violé l’espace aérien turc, ce que dément Moscou.

La Russie a depuis décrété une vague de sanctions économiques contre Ankara et accusé la Turquie de se livrer à la contrebande de pétrole avec l’organisation État islamique (ÉI).