/sports/racing
Navigation

Derniers sprints pour deux vétérans

Bruno Langlois et Rémi Pelletier-Roy prendront leur retraite du vélo à la fin de la saison

L'homme d'affaires Louis Garneau s'est amusé avec les vétérans Rémi Pelletier-Roy et Bruno Langlois lors du dévoilement de l'alignement 2016.
Photo Le Journal de Québec, Didier Debusschere L'homme d'affaires Louis Garneau s'est amusé avec les vétérans Rémi Pelletier-Roy et Bruno Langlois lors du dévoilement de l'alignement 2016.

Coup d'oeil sur cet article

La saison 2016 marquera un tournant pour l’équipe Garneau-Québecor, lorsqu’elle saluera les derniers tours de piste des cocapitaines Bruno Langlois et Rémi Pelletier-Roy, qui renonceront à la compétition d’élite au terme de celle-ci.

À 37 ans, Langlois s’est récemment lancé en affaires avec BL coaching, une entreprise qui permet aux cyclistes d’améliorer leurs méthodes d’entraînement. Il ne se voyait pas conjuguer sa carrière de cycliste et son jouet très longtemps. D’ici sa dernière apparition sur la selle, Langlois se donnera corps et âme à son équipe.

«Je vais toujours faire du vélo quand même, mais c’est sûr que c’est dur à réaliser que c’est ma dernière année avec les professionnels. Je vais essayer de prendre chaque course comme si c’était ma dernière pour ne pas avoir de regrets à la fin de l’année», a raconté le Rimouskois qui entamera son 18e Tour de Beauce en juin prochain.

Une victoire pour finir

Langlois n’a pas l’intention de finir sa carrière les mains vides. Mais les succès de ses coéquipiers – plus jeunes – seront aussi importants pour lui.

«L’an passé, j’ai gagné deux étapes [au Grand Prix de Saguenay] et je n’ai pas signé pour une plus grosse équipe. Si je peux aider un jeune à gagner et que ça peut le propulser à un autre niveau, je vais le faire. Un peu comme j’ai fait avec Michael Woods [qui court maintenant sur le circuit World Tour]», a dévoilé Langlois.

Déception olympique

Contrairement à son coéquipier, Pelletier-Roy devra mettre une croix sur le vélo afin de terminer ses études en médecine. Le cycliste de 25 ans veut également terminer son passage sur le circuit UCI Continental en beauté.

«Je vais transmettre un peu d’expérience aux plus jeunes et, si je peux, leur donner un coup de main pour aller dans les rangs professionnels, mais c’est sûr que j’ai encore un côté compétitif et je veux gagner des courses», a-t-il répondu.

Une victoire ferait d’ailleurs le plus grand bien à celui qui a été écarté de la formation canadienne qui participera aux Jeux olympiques de Rio en août. Une fracture de la clavicule a miné ses chances, déjà minces, à la sixième épreuve sur 10 prévues. Malgré la déception, Pelletier-Roy est ressorti grandi de cette expérience.

«Ce n’est pas le moment le plus heureux de ma vie, mais en même temps, je savais que ce serait un processus difficile, comme c’était sur deux ans [...] Je n’ai pas eu beaucoup d’échecs dans ma vie, et ça m’a appris beaucoup de choses, mais j’aurai un pincement au cœur en regardant les Olympiques cet été où il y aura quelques-uns de mes amis.»

Équipe GARNEAU-QUÉBECOR

  • Bruno Langlois (Rimouski)
  • Rémi Pelletier-Roy (Longueuil)
  • Simon-Pierre Gauthier (Boisbriand)
  • Olivier Brisebois (Mascouche)
  • Marc-Antoine Soucy (Amos)
  • David Boily (Alma)
  • Alexis Cartier (Sainte-Adèle)
  • Michael Rice (Australie)
  • Darcy Woolley (Australie)

Principales courses prévues

  • 21 au 24 avril: Joe Martin Stage Race (Arkansas)
  • 21 mai: Tour de Battenkill (Greenwich)
  • 5 juin: Philadelphia International Cycling Classic (Pennsylvanie)
  • 9 au 12 juin: GP cycliste de Saguenay
  • 15 au 19 juin: Tour de Beauce
 

DAVID BOILY SE JOINT À L’ÉQUIPE

Après trois ans sans équipe, David Boily portera les couleurs de Garneau-Québecor cette saison. Un retour au sein d’une écurie qui l’emballe au plus haut point.
 
Boily avait mis sa carrière en veilleuse à la suite de problèmes respiratoires qui l’avaient forcé à terminer prématurément la saison 2013. L’année suivante, c’est comme coureur indépendant que l’Almatois d’origine pédalait à son retour avant un passage avec Stingray en 2015.
 
«Je suis motivé plus que jamais. C’est important d’y aller une bouchée à la fois, une étape à la fois. Je pars de loin. Je ne sais pas ce qui peut arriver et comment mon corps va réagir à tout ça», a observé celui qui avait obtenu le deuxième temps au Tour de l’Avenir en 2011. Le Grand Prix de Saguenay et le Tour de Beauce figurent parmi les épreuves où Boily, reconnu pour son efficacité comme grimpeur, espère tenir ses promesses. «Le fait d’avoir eu un peu de recul m’a apporté beaucoup plus de motivation que j’en ai déjà eu.»