/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Marine Le Pen et la désinformation

Marine Le Pen et la désinformation
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

La semaine dernière, l’entrevue d’Anne-Marie Dussault avec Marine Le Pen a été qualifiée de «fiasco» par les uns, de «carnage» par les autres.

Radio-Canada a reçu «17 plaintes, qui ont toutes été transmises à l’ombudsman», m’a confirmé le relationniste Marc Pichette.

Dans ce match de boxe pas très élégant, Marine Le Pen a mis Anne-Marie Dussault K.-O.

Pourtant, en France, des journalistes ont écrit que Marine Le Pen en avait mangé toute une... mais sans avoir vu l’entrevue au complet.

Un bel exemple de désinformation!

Un montage trompeur

L’entrevue Dussault c. Le Pen était une accumulation de malaises: Dussault interrompait constamment son interlocutrice, ne trouvait rien à répondre­­ quand Le Pen lui demandait de préciser ses questions, changeait de sujet quand elle était confrontée aux arguments de Le Pen, etc.

Le Pen a même envoyé à Dussault cette répartie cinglante: «Vous êtes journaliste? Vous n’êtes pas militante?»

L’émission française satirique Le Petit Journal, sur Canal Plus, a réduit cette longue entrevue de 30 minutes à un montage de deux minutes, qui n’est pas du tout représentatif de ce qui s’est passé! Ils ont totalement charcuté l’entrevue d’origine, mis bout à bout des questions de l’animatrice et carrément supprimé des réponses souvent assez savoureuses de Le Pen, pour qu’elle paraisse K.-O., alors que c’est le contraire qui s’est produit.

Résultat: n’ayant vu que ces deux minutes, voici ce que des journaux français ont écrit...

Le Nouvel Obs: Marine Le Pen «atomisée à la télé canadienne», «semblait prise au dépourvu face au panache de son interlo­cutrice».

Les Inrocks: «Quand une journaliste canadienne pousse à bout Marine Le Pen».

Le Figaro: «En grande difficulté, Marine Le Pen a bien eu du mal à répondre avec répartie aux reproches de l’intervieweuse».

Comment peut-on écrire que Le Pen n’a pas de répartie, alors que, quand Dussault l’accuse d’attiser «la peur de l’autre», elle répond: «Vous croyez très sincèrement que c’est moi qui crée la peur du terrorisme, Madame, ou ce sont les 130 morts du Bataclan?»

C’est dingue! Tous ces journalistes commentent une entrevue en se basant sur un montage biaisé d’émission satirique!

Ce qui me rassure, c’est que de nombreux Québécois ont écrit aux sites français pour remettre les pendules à l’heure.

«Désolé amis français, mais cette entrevue a été décriée par une grande majorité de Québécois. [...] Marine Le Pen l’a dépecée royalement. Qu’on soit fan du FN ou non, ce constat est partagé largement ici au Québec.»

«L’auteur de l’article aurait mieux fait d’aller voir les commentaires québécois de cet interview sur YouTube...»

«Je suis fort surpris que ce qui est encore mon quotidien préféré écrive l’exact contraire de ce que j’ai vu et entendu. C’est cette journaliste, très connue pour son empathie avec ceux qu’elle apprécie­­ et son antipathie avec ceux qu’elle n’aime pas, qui a été plus que bafouillante et s’est fait remettre à plusieurs reprises à sa place.»

Chéri, on a rétréci l'entrevue

Le Petit journal affirme faire de l’«infotainment», information-divertissement­­. Pour le divertissement, c’est réussi. Mais pour l’information­­, on repassera.