/entertainment/shows
Navigation

Paul Daraîche bien entouré

L’artiste country présentait son nouveau spectacle

Coup d'oeil sur cet article

La grande première médiatique du gourou de la musique country québécoise avait lieu à la salle de spectacle L’Étoile Banque Nationale de Brossard, hier soir.

La tournée Showtime fait suite à la sortie, en octobre 2015, d’un album de duos intitulé Laisse-moi te dire, sur lequel on peut entendre entre autres la voix de Petula Clark, Adamo, Ginette Reno et Éric Lapointe, et qui a été sacré disque d’or devant tous les spectateurs lors de cet événement spécial.

Le rideau de velours rouge où était projeté le nom de la légende du country s’est levé et il est apparu dans un univers qui avait un petit quelque chose des contes de la chasse-galerie, avec un éclairage rouge écarlate. Daraîche et ses musiciens ont entamé Le Chasseur dans un folk digne des chansons traditionnelles du temps des Fêtes et leurs violons bien présents.

Malgré un petit problème technique avec le son en début de spectacle, Paul Daraîche et ses amis ont offert un doux spectacle qui a su plaire aux inconditionnels du chanteur, avec un savant mélange de succès et de reprises.

Une foule d’invités

Le chanteur charismatique n’était pas seul sur scène. Pour sa grande première, plusieurs artistes l’ont rejoint sur scène. Marjo a été la première à accorder sa voix à celle de l’artiste de 68 ans sur la chanson Showtime. Une apparition beaucoup trop courte pour l’énergie que crée ce duo. Elle est revenue un peu plus tard pour faire Les yeux du cœur.

Laurence Jalbert a réchauffé le public avec son magnifique timbre de voix notamment pour la chanson Je pars à l’autre bout du monde, une chanson qui s’est valu une chaleureuse main d’applaudissements.

Mais l’arrivée de Ginette Reno a suscité un enthousiasme spontané impressionnant. Ensemble, ils ont chanté Où serons-nous demain, une collaboration dont rêvait l’artiste country depuis plusieurs années. Un duo efficace sur scène mariant la voix rauque de Daraîche et la puissance de Ginette Reno, qui charme et qui a le don d’émouvoir. Le public leur a bien rendu le moment en leur offrant une ovation.

Statique

Perché sur un large podium, le chanteur a dit: «Je vais monter et descendre plusieurs fois, je soupçonne la production de penser que j’ai quelques livres en trop». Une bonne blague qui s’est révélée trop véridique.

Le seul déplacement du chanteur a consisté à descendre et remonter les quatre marches devant lui. Le spectacle aurait certainement gagné en vigueur avec une mise en scène moins statique et répétitive.

Toutefois, le jeune David Thibault est venu mettre un peu de mouvement et de rock’n roll dans la soirée avec la pièce That’s all Right.