/news/society
Navigation

L'étonnante histoire de l'église de Sainte-Geneviève

Vers 1895

Avant Après
photo Courtoisie de la Société patrimoine et d’histoire de l’île Bizard et de Sainte-Geneviève, L’église de Sainte-Geneviève vers 1895. WH-13-08-29-005
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Au vieux clocher (1772-1912)

photo Courtoisie de la Société patrimoine et d’histoire de l’île Bizard et de Sainte-Geneviève, L’église de Sainte-Geneviève vers 1895. WH-13-08-29-005

Sur la rive nord-ouest de l’île de Montréal, la construction d’une petite église de la paroisse Sainte-Geneviève, en 1751, entraîna la formation d’un noyau villageois. Un petit fort protégeait déjà depuis 1729 les courageuses premières familles qui cultivaient les terres fertiles au bord de la rivière des Prairies. Loin de l’agitation montréalaise, les paroissiens de Sainte-Gene­viève suivaient tranquillement le rythme des saisons et des récoltes. En 1770, le curé fit une fâcheuse découverte: le clocher en bois de l’église avait pourri! Il le fit donc remplacer en 1772 par un haut campanile en pierre, toujours visible sur cette photographie de 1895. Les enfants adoraient s’y aventurer malgré l’interdiction du curé Joseph-Avila Papineau, qui ordonna finalement sa démolition en 1912. Les pierres ont entre autres été réutilisées pour rehausser le niveau des sentiers du cimetière entourant l’église, souvent inondés par la rivière des Prairies au printemps.

La deuxième église de Sainte-Geneviève (1847-2016)

photo Courtoisie de la Société patrimoine et d’histoire de l’île Bizard et de Sainte-Geneviève, L’église de Sainte-Geneviève vers 1895. WH-13-08-29-005

Deux nouvelles églises s’élevaient de part et d’autre de la rivière des Prairies dans les années 1840. L’église de l’île Bizard fut terminée en premier, en 1843, ce qui était loin de plaire au curé de Sainte-Geneviève. Louis-Marie Lefebvre aurait préféré que la centaine de paroissiens de l’île traversent encore la riviè­re, beau temps mauvais temps, pour assister à la messe dominicale à Sainte-Geneviève. Souhaitant l’élévation d’un lieu de culte plus spacieux que la petite église de 1751, l’abbé rencontra bien des difficultés en cours de route. Les 12 000 livres prévues pour la construction furent dérobées par des fugitifs évadés de la prison du Pied-du-Courant! De bien piètres décisions avaient précédé le méfait. Après avoir refusé le transfert du trésor au Grand Séminaire du Saint-Sulpice, les marguilliers avaient voulu économiser en congédiant le gardien. Quelque 2600 livres furent néanmoins retrou­vées par les autorités. Commencés en 1843 selon les plans de Thomas Baillargé, les travaux de l’église se terminèrent en 1847.

Une famille de sculpteurs et de cageux

photo Courtoisie d’André Laniel, Maître-autel de l’église de Sainte-Geneviève en 2010.

Au fil du temps, plusieurs artistes québécois ont contribué à faire de l’église de Sainte-Geneviève un joyau de notre patrimoine religieux. Félix Barbeau, Charles Dauphin et Ozias Leduc sont du nombre, tout comme le sculpteur Ambroise Fournier, qui a façonné l’autel. Ce dernier était le père de cinq enfants. Sa fille Agnès épousa en 1884 le fils unique du célèbre Jos Montferrand, un colosse de 6 pi 4 po bien connu pour ses exploits de bagarreur et de rude travailleur forestier. Au 19e siècle, le commerce du bois supplanta celui de la fourrure. Jos Montferrand fut l’un des nombreux bûcherons à quitter Montréal pour les chantiers de l’Outaouais. Une fois abattus, les troncs d’arbre étaient assemblés pour former un radeau. Surmontés d’une maisonnette, ces radeaux, appelés «cages», descendaient la rivière des Prairies, menés par de solides gaillards comme Montferrand. Chaque année, les cultivateurs voyaient plus d’une centaine de «cageux» naviguer hardiment entre l’île Bizard et la rive de Sainte-Geneviève, en direction de Québec.

* Pour en savoir plus sur l’histoire de l’île Bizard et de la côte Sainte-Geneviève, n’hésitez pas à contacter André Laniel, alias «le conteux du village», pour une visite guidée du village et de l’église.