/news/currentevents
Navigation

Tous les documents de la Ville détruits

Depuis plusieurs mois, l’UPAC a la municipalité du maire Marcel Jetté dans sa mire

Tous les documents de la municipalité de Sainte-Julienne ont été détruits par l’incendie de l’hôtel de ville, mardi. L’UPAC s’intéressait aux activités de cette municipalité depuis plusieurs mois.
Photo Agence QMI Tous les documents de la municipalité de Sainte-Julienne ont été détruits par l’incendie de l’hôtel de ville, mardi. L’UPAC s’intéressait aux activités de cette municipalité depuis plusieurs mois.

Coup d'oeil sur cet article

Toutes les archives de la municipalité de Sainte-Julienne ont été détruites dans l’incendie de l’hôtel de ville mardi dernier, elle qui est sous la loupe de l’UPAC depuis plusieurs mois.

L’organisateur politique et ancien employé de la firme Roche, Gilles Cloutier, avait raconté devant la Commission Charbonneau en avril 2013 comment il avait organisé des élections «clé en main» pour le maire de Sainte-Julienne, Marcel Jetté, en échange de contrats pour la firme Roche.

Par exemple, pour l’élection de 1998, Gilles Cloutier avait soutenu que l’élection clé en main avait été organisée en échange du contrat de 3,5 M$ pour la réfection de la route 125.

Selon nos informations, l’Unité permanente anticorruption s’intéresse au cas de Sainte-Julienne depuis plusieurs mois. Aucune perquisition n’a cependant eu lieu dans les bureaux de la municipalité, et le maire Marcel Jetté n’est accusé de rien.

Documents détruits

Mardi dernier, un important incendie a détruit en quelques minutes seulement l’hôtel de ville de Sainte-Julienne et tous les documents qu’il contenait, notamment plusieurs chèques de citoyens qui avaient payé leur compte de taxes, les archives, les contrats et des plans de la municipalité.

Tous les documents de la municipalité de Sainte-Julienne ont été détruits par l’incendie de l’hôtel de ville, mardi. L’UPAC s’intéressait aux activités de cette municipalité depuis plusieurs mois.
Photo Michel Harnois

La vingtaine d’employés municipaux se sont regroupés jeudi soir et ont témoigné au maire Marcel Jetté qu’ils mettraient toute leur énergie à travailler pour permettre le retour des services aux citoyens. Chacun des chefs de service a des objectifs précis pour tenter de retrouver chez des fournisseurs des documents qui ont été perdus dans l’incendie.

Les employés auront la tâche de voir si des documents avaient été sauvegardés sur des serveurs à l’extérieur de l’hôtel de ville. «À peine 48 heures après l’incendie, l’hôtel de ville a été relocalisé et les services aux citoyens ont commencé à être donnés. Il faudra environ 18 mois pour reconstruire l’hôtel de ville et une salle communautaire fonctionnelle à 100 %», indique le maire Jetté.

Le maire était en vacances au Mexique lors de l’incendie. Il est revenu d’urgence mercredi matin pour constater les ruines de l’édifice qu’il dirige depuis 1998.

Sans vouloir prendre la place des enquêteurs, le maire soupçonne une défectuosité du système de chauffage et de ventilation dans le comble d’être à l’origine de l’incendie.

Tous les documents de la municipalité de Sainte-Julienne ont été détruits par l’incendie de l’hôtel de ville, mardi. L’UPAC s’intéressait aux activités de cette municipalité depuis plusieurs mois.
Photo Agence QMI

Marcel Jetté évalue les pertes à plusieurs millions de dollars. Il compte sur l’aide de Québec pour reconstruire. Il a rencontré la vice-première ministre Lise Thériault jeudi à ce sujet.

Des pertes historiques

Des documents tels que les certificats de constitution de la municipalité et des plans datant d’avant l’avènement de l’informatique sont perdus à jamais.

 

Ce qu’il avait dit

Devant la Commission Charbonneau, l’organisateur politique et ancien employé de la firme Roche, Gilles Cloutier, a expliqué comment il organisait des élections clé en main en échange de contrats. Il a expliqué avoir travaillé pour le maire de Sainte-Julienne.

Tous les documents de la municipalité de Sainte-Julienne ont été détruits par l’incendie de l’hôtel de ville, mardi. L’UPAC s’intéressait aux activités de cette municipalité depuis plusieurs mois.
Photo Agence QMI

«Je lui ai expliqué (à M. Jetté) qu’est-ce qu’on cherchait et ce qu’on pouvait faire pour lui et son équipe. Et lui, qu’est-ce qu’il pouvait faire pour nous.»

«Je lui ai expliqué lors d’un lunch que je lui ferais un “clé en main” (une élection). Tu n’auras pas la peine de t’occuper de financement ni d’organisation ni de communication, puis je vais te livrer la marchandise pour que tu sois gagnant.»

«En retour, je savais que le ministère des Transports rénovait toute la route 125 dans les limites de Sainte- Julienne, puis c’était un contrat d’environ 3,5 M$. Je voulais l’avoir [...] Puis il (M. Jetté) ne s’est pas opposé et il m’a dit oui.»