/news/transports
Navigation

Un ex-dragon s’oppose à Uber, deux autres s’y associent

François Lambert participera à un projet de l’entreprise

L’ex-dragon François Lambert croit qu’il y a de la place autant pour Uber que pour les taxis traditionnels à Montréal, contrairement à son ex-collègue Alexandre Taillefer.
Photo christopher nardi L’ex-dragon François Lambert croit qu’il y a de la place autant pour Uber que pour les taxis traditionnels à Montréal, contrairement à son ex-collègue Alexandre Taillefer.

Coup d'oeil sur cet article

Tandis que l’ex-dragon Alexandre Taillefer s’est prononcé fermement contre Uber au Québec, un autre ancien dragon, François Lambert, vient de s’associer à la controversée entreprise pour un événement promotionnel.

«Il y a un gros ménage à faire dans l’industrie du taxi et le système de permis, parce que les quotas ont mis les propriétaires trop à l’aise et ils ont couru à leur propre perte. Les gens du Québec ne veulent plus du statu quo, les choses doivent changer», dit M. Lambert lors d’une entrevue sur sa participation à UberPitch.

Cet événement, qui se tiendra jeudi, permettra aux jeunes entreprises de rencontrer gratuitement pendant 15 minutes l’un de huit investisseurs, dont les anciens dragons Dany Vachon et M. Lambert, dans une voiture UberX pour leur faire un pitch de vente.

Même s’il sait que le gouvernement Couillard et le maire de Montréal, Denis Coderre, accusent Uber d’opérer «illégalement», M. Lambert croit qu’il y a toujours de la place pour cette entreprise à Montréal, qu’il dit recevoir beaucoup d’appui de la part des Québécois.

Alexandre Taillefer, Président de Téo
Photo d'archives
Alexandre Taillefer, Président de Téo

Il n’entrevoit tout de même pas la fin du taxi traditionnel pour autant, mais refuse de croire que cette industrie puisse continuer à exister s’il faut toujours acheter un permis jusqu’à 200 000 $ pour s’y lancer.

«C’est impossible d’avoir une industrie en santé si on exige que quelqu’un paye pour commencer à travailler. Le projet d’Alexandre Taillefer avec les véhicules électriques de Téo Taxi est une très belle initiative, mais est-ce que c’est trop peu trop tard? Le marché va bientôt nous le dire», continue l’ancien dragon.

Taillefer opposé

L’ouverture de M. Lambert à l’arrivée d’Uber n’est d’ailleurs aucunement partagée par son ancien collègue à l’émission Dans l’œil du dragon Alexandre Taillefer, qui a déjà accusé Uber de travailler dans l’industrie du «taxi amateur» et s’est prononcé «viscéralement contre le taxi de contrebande».

L’entrepreneur-vedette a même déjà prédit à plusieurs reprises que l’entreprise américaine allait disparaître de Montréal d’ici cinq ans.

«Je pense que les Montréalais vont adopter un projet local et nous offrir une sérieuse compétition aux entreprises étrangères», avait lancé en novembre dernier Alexandre Taillefer lors du lancement de son nouveau service de taxis entièrement électriques, Téo Taxi.