/news/consumer
Navigation

Enfin du répit pour les consommateurs

IGA contre-attaque en baissant les prix de 8500 produits

Quebec
Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc Des centaines d’employés des 300 magasins de la bannière IGA au Québec s’affairent à changer les prix dans le cadre d’une vaste opération qui a débuté dimanche.

Coup d'oeil sur cet article

Les supermarchés IGA se lancent dans une guerre des prix qui va profiter aux consommateurs, de plus en plus touchés par la hausse de la facture d’épicerie.

Dès jeudi, IGA va réduire de 5 % à 7 % les prix de plus de 8500 produits dans toutes ses succursales au Québec, a appris Le Journal. En mettant en place cette stratégie, Sobeys ne cache pas qu’elle vise à faire augmenter ses ventes et à couper l’herbe sous le pied de ses compétiteurs.

«Il faut être le meilleur dans notre créneau, car ceux qui se trouvent dans le milieu vont avoir de la misère à survivre», soutient en entrevue au Journal le nouveau président de Sobeys Québec, Yves Laverdière, en poste depuis février seulement.

Selon les experts, ce virage devrait permettre aux consommateurs de réaliser des économies importantes.

M. Laverdière soutient que le but de cette réorientation n’est pas une riposte à Walmart, dont l’effet des supercentres s’est fait relativement peu sentir dans les IGA. Elle est plutôt attribuable au contexte économique en général.

«Même si on n’a pas vraiment connu la crise de 2008, il y a aussi un facteur économique qui fait que les temps sont un peu plus difficiles», dit-il.

Baisse permanente

M. Laverdière affirme qu’il s’agit d’une baisse de prix permanente, qui est rendue possible à la suite de la renégociation des prix coûtants avec les fournisseurs et de l’abandon du produit gratuit de la semaine.

«On donnait en moyenne entre 450 000 et 475 000 produits gratuits par semaine. C’était populaire, mais la valeur ajoutée n’était pas perçue par le consommateur. Si je vous donne trois brocolis, il y a un coût associé à cela qui était défrayé par le fournisseur et par le marchand. À la suite de différentes études, nous avons décidé de prendre ces sommes-là pour les démocratiser sur plus de 8500 produits. C’est plus tangible pour le consommateur», a expliqué M. Laverdière.

Donc, à partir de jeudi, les clients pourront bénéficier pleinement de cette nouvelle politique qui a commencé à être déployée progressivement sur certains produits depuis quelques jours.

Des exceptions

Seules exceptions: les produits de boulangerie, de poissonnerie, de boucherie et le département des fruits et légumes, qui ont déjà fait l’objet d’un contrôle sur les marges de profit, assure le président.

IGA continuera à offrir les rabais de la circulaire et à proposer des promotions comme la collection de chaudrons. Cette baisse des prix s’appliquera à tous les marchés Tradition, IGA extra, IGA Express, IGA mini et Rachelle-Béry. Un nouvel étiquetage sera installé pour indiquer le prix avant et après la baisse permanente.

La qualité des produits ne doit pas en souffrir

En promettant des baisses de prix, IGA s’expose à être scrutée à la loupe par les chasseurs de rabais, qui ne manqueront pas de rappeler à l’ordre leur épicier.

Selon la blogueuse Lili Marchand, spécialiste en couponing, il s’agit néanmoins d’une excellente nouvelle.

«Ça va avoir l’effet d’une bombe! Je ne suis pas sûre que Provigo est prête à ça», a-t-elle commenté.

«Mélanger les sauces»

Selon le professeur de marketing à l’Université Laval Frank Pons, ce virage est tout de même assez étonnant de la part d’IGA, qui s’efforce d’inculquer au public une image axée sur l’accueil et la qualité des produits en magasin.

«Le danger, c’est de mélanger les sauces. C’est donc d’avoir ce positionnement sur la qualité et, en même temps, de faire une compétition sur les prix», affirme M. Pons.

Sans l’avouer explicitement, assure le professeur, IGA a trouvé le moyen d’alléger sa gestion en éliminant les produits gratuits de la semaine.

«Ce n’est jamais facile, quand on arrive à 70 $ d’épicerie, de s’assurer d’avoir les produits en stock et de les distribuer. C’est de la logistique un peu plus complexe. En simplifiant le processus, c’est l’un des bénéfices. Ils voulaient sans doute se débarrasser de cette promotion-là. C’est une bonne stratégie que d’aller chercher des réductions de prix et de l’annoncer, mais il faut faire attention à la balance entre leur positionnement sur la qualité versus le prix. Il ne faut pas tomber dans l’autre extrême parce que la perception des gens risque de changer.»

Compétition à Walmart

D’après le professeur, dire qu’on va se battre sur les prix n’est pas nécessairement une bonne idée.

«Depuis des années, IGA travaille sur un positionnement différent. Introduire une notion de prix, c’est intéressant, mais cela ne doit pas devenir leur cheval de bataille, car sinon ils vont devenir un compétiteur direct à Walmart et ils ne gagneront pas à ce jeu-là.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.