/sports/hockey/canadien
Navigation

Pierre-Luc Dubois rêve d'être repêché par le Canadien

Timmins et Bergevin surveillent de près le gros attaquant des Screaming Eagles

SPO-GALA DES RONDELLES D'OR LHJMQ
Sébastien St-Jean / Agence QMI Pascal Dubois, des Screaming Eagles du Cap-Breton, a reçu le trophée Michael-Bossy.

Coup d'oeil sur cet article

En raison de ses déboires, le Canadien aura un très bon choix au repêchage cette année et on se demande bien si Trevor Timmins saisira l’occasion pour sélectionner l’attaquant Pierre-Luc Dubois, qui a remporté hier soir le trophée Michael-Bossy, remis au meilleur espoir professionnel dans la LHJMQ.

On prédit que Dubois, des Screaming ­Eagles du Cap-Breton, sera repêché entre le 5e et le 10e rang le 24 juin à Buffalo. Probablement plus près du 5e que du 10e échelon.

Le directeur général du Tricolore, Marc Bergevin, a épié le joueur de 6 pieds 3 pouces lors d’un match à Chicoutimi.

Quant à Trevor Timmins, le directeur du recrutement du CH, il s’est rendu au Cap-Breton pour assister aux deux derniers matchs de la saison régulière des ­Screaming Eagles.

Timmins tenait à rencontrer le joueur de centre de 17 ans originaire de Sainte-Agathe, qui a marqué 42 buts et récolté 57 mentions d’aide, avec un différentiel de +40, en 62 matchs à sa deuxième saison avec les Screaming Eagles.

Le Journal de Montréal a profité du Gala des rondelles d’or de la LHJMQ pour ­s’entretenir avec Dubois.

Comment réagis-tu en sachant que le Canadien s’intéresse à tes services au point que Marc Bergevin est même allé te voir en action vendredi soir dernier lors d’un match à Chicoutimi ?

«C’est agréable de savoir que mon jeu ­attire l’attention. C’est difficile de ne pas m’imaginer des scénarios. Je suis Québécois, ma famille est à Montréal et tout le monde m’en parle. Ce serait un rêve de jouer pour le Canadien. L’équipe mise sur les meilleurs partisans de la LNH et ça ne me dérangerait pas de vivre avec la pression de produire dans l’uniforme du ­Canadien. J’ai hâte au repêchage, mais pour le moment, je préfère me concentrer sur la prochaine ronde des séries contre les Sea Dogs de Saint John. Je crois qu’on a l’équipe pour aller loin cette année.»

Quel joueur admires-tu le plus chez le Canadien ?

«Brendan Gallagher est mon préféré. J’aime son acharnement autour du filet. Il n’est pas imposant physiquement, mais il ne lâche ­jamais prise. Gallagher joue avec cœur, avec passion.»

Qui est ton joueur préféré dans la Ligue nationale ?

«Je suis un fan de Jamie Benn, l’as ­marqueur des Stars de Dallas. C’est un ­attaquant de puissance, comme j’aimerais bien le devenir un jour dans la LNH.»

Quels sont les aspects de ton jeu que tu dois améliorer ?

«Je peux évoluer dans tous les genres de situation au cours d’un match, mais j’aimerais m’améliorer sur le plan des mises en jeu. J’aimerais aussi que mon coup de patin soit plus explosif.»

Ton père Éric fut un choix au repêchage des Nordiques en 1989. Quelle influence a-t-il eue sur toi ?

«J’ai commencé à jouer au hockey dès l’âge de trois ans en Allemagne, où mon père a disputé quelques saisons. Il fait carrière comme entraîneur dans la LHJMQ depuis une douzaine d’années (avec Baie-Comeau, Acadie-Bathurst et Rimouski) et il me prodigue des conseils qui sont fort utiles.»

Quel genre de relation as-tu avec Julien Gauthier, des Foreurs, qui sera lui aussi à surveiller en ­première ronde du repêchage ?

«On a le même agent, André Ruel, et on a la chance de s’entraîner ensemble ­durant l’été à Los Angeles grâce à Pat Brisson. Julien et moi sommes devenus de bons amis et on se taquine à savoir qui sera repêché le premier le 24 juin.»