/news/politics
Navigation

Un ministre fédéral devrait-il parler... anglais?

Un ministre fédéral devrait-il parler... anglais?
REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

Si, au fil des ans et des gouvernements, de nombreux ministres fédéraux ont fait l’objet de critiques parce qu’ils ne maîtrisaient pas le français, voilà que la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, se retrouve dans la situation inverse.

Si, au fil des ans et des gouvernements, de nombreux ministres fédéraux ont fait l’objet de critiques parce qu’ils ne maîtrisaient pas le français, voilà que la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, se retrouve dans la situation inverse.

La députée libérale de la circonscription de Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine fait effectivement la manchette après avoir décliné une entrevue à la CBC, prétextant ne pas se sentir à l’aise de se faire interviewer dans la langue de Shakespeare.

Une situation pour le moins inhabituelle pour les Canadiens anglais qui, contrairement aux francophones, n’ont pas l’habitude de voir un élu incapable de converser dans leur langue maternelle.

Ce n’est toutefois pas la première fois qu’un ministre ne parle pas langue de la majorité au Canada. Benoît Bouchard, qui a dirigé divers ministères sous l'ère Brian Mulroney, ne parlait effectivement pas anglais lorsqu'il a été élu en 1984, comme le rappelle le commissaire aux Langues officielles du Canada, Graham Fraser, en entrevue à CBC.

Ce dernier ne considère d'ailleurs pas qu'il est impératif pour un politicien d'être à l'aise dans les deux langues officielles pour occuper un poste de ministre et souligne par ailleurs que la formation du cabinet est la prérogative du premier ministre.

La moitié des ministres unilingues

À l'heure actuelle, la moitié (15) des élus libéraux qui siègent au cabinet Trudeau sont unilingues anglophones.

Rappelons également que Rob Nicholson, le dernier ministre des Affaires étrangères du gouvernement Harper, ne parlait pas français. Le premier ministre Philippe Couillard voyait à l’époque d’un mauvais oeil la nomination de l'Ontarien à la tête de la diplomatie, alors que le pays est pourtant officiellement bilingue.