/news/health
Navigation

Il laisse un bout de latex dans l’abdomen de sa patiente

La dame a appris 11 ans plus tard cet oubli qui lui a causé de nombreux problèmes de santé

Le chirurgien Dr Nicolas Christou a plaidé coupable d'avoir omis d'informer sa patiente qu'il avait laissé un morceau de drain en refermant sa plaie de chirurgie bariatrique.
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse Le chirurgien Nicolas Christou, qui pratique au privé depuis 2009, n’a pas dit à sa patiente, en 2003, qu’il avait laissé un bout de drain dans son abdomen après une chirurgie bariatrique.

Coup d'oeil sur cet article

Un chirurgien a laissé un morceau de drain dans l’abdomen d’une patiente durant près de huit mois, et celle-ci ne l’a appris que 11 ans plus tard.

Le Dr Nicolas Christou a plaidé coupable de ne pas avoir informé sa patiente devant le Collège des médecins (CMQ), jeudi.

«Je regrette sincèrement et j’ai déjà ajusté ma pratique», a témoigné le médecin, qui n’a pas d’antécédent disciplinaire.

Elle l’a su en 2014

La chirurgie bariatrique sur la patiente, dont l’identité est protégée, remontait à février 2003, à l’hôpital Royal Victoria. À la fin de l’opération, le médecin avait laissé un morceau de drain (tube de latex) dans la suture chirurgicale en raison d’une «complication», indique la plainte du CMQ.

Or, le Dr Christou n’a jamais informé la dame de cette situation. Ce n’est qu’en 2014, soit 11 ans plus tard, que la patiente de 38 ans a été informée.

En 2014, une poursuite civile de 360 000 $ a été déposée contre le médecin et l’hôpital.

Selon la poursuite, obtenue par Le Journal, le médecin a indiqué que la chirurgie s’était déroulée «sans complication». Après la chirurgie, la dame a souffert de douleurs abdominales et de vomissements, et a été hospitalisée durant un mois et demi.

Encore opérée

Près de huit mois plus tard, en octobre 2003, la patiente a été réopérée par le Dr Christou et le drain a été retiré. Or, le médecin n’avait toujours pas informé la femme de la présence du morceau de latex dans son abdomen.

Elle avait été hospitalisée du 8 septembre au 29 octobre 2003. Dans les années qui ont suivi, la dame a été hospitalisée à «d’innombrables reprises» en raison de problèmes de santé, écrit-on dans la poursuite civile.

En 2011, elle souffrait d'un abcès pulmonaire qui découlait de l’oubli du drain, et a dû subir l’ablation d’une partie du poumon gauche, indique la poursuite.

«En raison de cette fistule gastro-pulmonaire, un trou s’est graduellement formé permettant le passage de la nourriture [...] Ainsi, du pus vert foncé, des morceaux de carottes, des pois, des oignons et de la viande sont découverts dans le poumon.»

La plainte a été déposée au Collège en 2014. En 2015, le Dr Christou a répondu au syndic qu’il ne voyait pas de raison d’informer la patiente de la présence du morceau de drain. On lui reproche également de ne pas avoir documenté le dossier médical correctement. La patiente a refusé d’accorder une entrevue au Journal.

Le syndic du Collège recommande une radiation de trois mois, alors que la défense demande deux mois. Le Conseil de discipline doit rendre sa décision dans 60 jours.