/sports/hockey/canadien
Navigation

Craig Ludwig a eu droit à un cadeau de Chris Chelios

Craig Ludwig se souvient encore du cadeau que son partenaire de jeu Chris Chelios lui avait offert après la conquête de la coupe.

Coup d'oeil sur cet article

Nous étions tous les deux de grands partisans des Bears de Chicago, qui avaient remporté le Super Bowl en 1985», a-t-il raconté.

«Le joueur étoile Walter Payton avait offert, pour l’occasion, une montre Rolex à chacun des joueurs de ligne à l’attaque pour les remercier de leur aide précieuse.

«À la blague, j’avais lancé à Chris qu’il devrait m’offrir ce genre de cadeau pour avoir bien protégé ses arrières lorsqu’il s’aventurait en zone offensive.»

Le catalogue dans son casier

Quelques semaines plus tard, Ludwig avait aperçu un catalogue de la compagnie Rolex dans son casier.

«Chris m’avait dit de choisir la montre qui me plaisait. Il avait refusé mes premiers choix, prétextant qu’elles étaient trop onéreuses.

«On s’était finalement mis d’accord sur une montre et il me l’avait offerte avec une inscription à l’arrière qui se lisait comme suit:«Thanks for staying back». C’était fort gentil de sa part.»

D’excellents professeurs

Ludwig, un imposant défenseur de 6 pi 3 po, 220 livres, a amorcé sa carrière avec le Canadien en 1982-83.

«J’ai eu la chance de côtoyer de grands noms comme Larry Robinson, Bob Gainey, Guy Lafleur et Steve Shutt. Ils ont été d’excellents professeurs», a-t-il souligné.

«Ces gars-là étaient le parfait exemple du message qui apparaissait sur le mur du vestiaire, soit de porter le flambeau bien haut.»

Même si Ludwig n’était pas le plus talentueux des défenseurs, il a disputé 1256 matchs dans la LNH, remportant une deuxième coupe Stanley en 1999 avec les Stars de Dallas.

«Je m’estime choyé pour un gars qui a grandi dans une petite ville du nord du Michigan et qui ne connaissait pas grand-chose au sujet du Canadien.

«C’est lors du défilé sur la rue Sainte-Catherine en 1986 que j’ai réalisé jusqu’à quel point le hockey est une religion à Montréal.»

Une cravate Spéciale

Fait à souligner, Ludwig a remis ses bagues de la coupe Stanley à son père. «Je ne suis pas attaché à ce genre de biens, a-t-il expliqué. Chaque année, je donnais un chandail et une cravate à mon père à Noël.

«En 1986, j’avais attaché la bague derrière la cravate, mais mon père ne l’avait pas remarquée au départ. Ce n’est que le lendemain qu’il s’en était aperçu et j’entends encore ses cris de joie résonner dans mes oreilles. Que de souvenirs!»

Craig Ludwig vit à Dallas depuis la fin de sa carrière et il travaille depuis 12 ans comme analyste pour FOX Sports, après avoir agi durant quelques saisons comme entraîneur avec les Stars. Ses trois fils jouent au hockey.