/news/politics
Navigation

Le PQ garde la main sur Chicoutimi

La candidate Mireille Jean l’emporte haut la main

Mireille Jean a remporté l’élection partielle dans Chicoutimi. La femme d’affaires est apparue au rassemblement partisan, sur la rue Racine, aux côtés de son chef, Pierre Karl Péladeau.
Photo Roger Gagnon Mireille Jean a remporté l’élection partielle dans Chicoutimi. La femme d’affaires est apparue au rassemblement partisan, sur la rue Racine, aux côtés de son chef, Pierre Karl Péladeau.

Coup d'oeil sur cet article

Dany Bouchard et Pierre-Alexandre Maltais, collaboration spéciale

Les cinq visites du premier ministre dans le comté et ses efforts aux côtés de la candidate libérale n’auront vraisemblablement pas permis de faire oublier l’arrestation de Nathalie Normandeau et les déboires de Sam Hamad aux électeurs de Chicoutimi, qui ont choisi la péquiste Mireille Jean par une forte majorité.

La candidate péquiste a remporté l’élection avec environ 47 % des voix amassées. Sa plus proche adversaire, la libérale Francyne T. Gobeil, a récolté quelque 30 % des suffrages.

Après l’annonce du résultat, la femme d’affaires, connue pour avoir cofondé une entreprise spécialisée dans la haute technologie, est venue rejoindre ses partisans entassés dans un restaurant de la rue Racine, où il régnait une ambiance de victoire depuis la fermeture des bureaux de vote.

À la porte d’entrée, Stéphane Bédard attendait la nouvelle élue qui est arrivée aux côtés de son chef Pierre Karl Péladeau, présent dans le comté pour la quatrième fois depuis le début de la campagne.

«Quelle belle soirée! Les électeurs et les électrices ont décidé de renouveler leur confiance à cette équipe dynamique, d’hommes et de femmes, qui n’ont jamais cessé un seul instant de défendre les intérêts des Québécois et des Québécoises», a martelé M. Péladeau, en soulignant l’apport de Marc-André et Stéphane Bédard au mouvement péquiste en région.

Humble et calme

Le chef péquiste en a aussi profité pour lancer une flèche au gouvernement libéral, en soulignant qu’il avait été élu sur la foi de ses engagements économiques et éthiques. «Nous sommes obligés de conclure qu’il a lamentablement échoué sur ces deux éléments, sur ces deux objectifs.»

Humble et calme, Mireille Jean s’est d’abord dite «fière d’avoir participé à une campagne électorale où il y avait quatre femmes candidates».

«Je suis très heureuse de faire partie de votre vie et vous faites partie de la mienne maintenant», a-t-elle exprimé en parlant de Sylvain Gaudreault comme d’un mentor politique depuis le début de la campagne.

Malgré la défaite, la candidate libérale Francyne T. Gobeil a pu compter sur le soutien d’une salle bien remplie lorsqu’elle a adressé ses félicitations à la nouvelle député de Chicoutimi.

Accompagnée du premier ministre Philippe Couillard, la candidate défaite était visiblement émotive, mais semblait satisfaite de sa campagne. Si le premier ministre a parlé «d’un bel effort», Mme Gobeil a fait rugir la foule en jurant qu’un jour, les libéraux allaient l’emporter dans Chicoutimi.

Francyne T. Gobeil avait pourtant obtenu un appui de taille en la personne du maire de Saguenay, Jean Tremblay.

«Ma consolation, c’est qu’elle va revenir travailler à la Ville», a mentionné le maire.

Gobeil Décue

De son côté, la candidate de la CAQ, qui s’est classée troisième – malgré un résultat en deçà des attentes –, s’est dite déçue, même si elle juge avoir mené une bonne campagne. «On s’attendait à plus, mais j’ai attrapé la piqûre», a mentionné celle qui ne dirait pas non à un autre essai en politique dans le futur.

Après un premier essai en 2012, le candidat Pierre Dostie tentait quant à lui sa chance pour une deuxième fois dans le comté avec Québec solidaire, et il croit que le message de son parti a beaucoup mieux passé cette fois-ci. «On s’attendait à une nette progression de l’appui électoral. Mais il y a encore un écart entre notre cote d’amour auprès des électeurs et le fruit qu’on récolte aux urnes», a dit le candidat dont le parti avait récolté 6,4 % d’appui il y a quatre ans.

Le taux de participation à l’élection partielle a à peine dépassé les 40 %. Lors de la dernière élection, en avril 2014, il avait atteint 70,57 %.

Passé péquiste

Lors de la dernière élection tenue dans Chicoutimi, le 7 avril 2014, le péquiste Stéphane Bédard l’avait emporté avec une mince majorité de 1600 voix et près de 34 % des suffrages, contre 30 % pour le candidat libéral.

En septembre 2012, lors de l’élection précédente, Stéphane Bédard avait récolté 45 % des suffrages, contre 25 % pour le candidat caquiste, son plus proche adversaire.

Au total, 46 626 électeurs étaient inscrits sur la liste électorale, invités à voter hier dans l’un des 131 bureaux de vote, répartis à 19 endroits différents de la circonscription. Du nombre, 9,42 % ont voté par anticipation.

Résultats (Après le dépouillement de 146 des 158 boîtes de scrutin, hier soir)

  • MIREILLE JEAN (PQ):  46,5 %
  • FRANCYNE T. GOBEIL (PLQ):  30,1 %
  • HÉLÈNE GIRARD (CAQ):  11,99 %
  • PIERRE DOSTIE (Québec solidaire):  8,01 %
  • ALEX TYRRELL (Parti vert):  2,57 %
  • CATHERINE BOUCHARD-TREMBLAY  (Option nationale):  0,83 %