/24m/job-training
Navigation

Est-ce possible de travailler 12 mois par année en construction?

Est-ce possible de travailler 12 mois par année en construction?
Alen-D - Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

L’industrie de la construction est cyclique. Chaque fois qu’un chantier majeur se termine, plusieurs emplois disparaissent. Dans ce contexte, comment éviter les périodes de chômage?

Il peut être ardu pour un ouvrier de travailler à temps plein toute l’année, et cela, même pour les métiers spécialisés. Ce ne sont pas tous les entrepreneurs qui construisent pendant l’hiver, même s’ils sont de plus en plus nombreux à le faire.

Certains employeurs font des pieds et des mains pour occuper leurs employés 12 mois par année afin de leur éviter l’assurance-emploi. Mais si vous ne parvenez pas à travailler à temps plein pour une même entreprise, il y a d’autres options à considérer.

Vous pouvez vous déclarer disponible auprès de votre syndicat affilié et de la Commission de la construction du Québec et demander à être affecté sur un autre chantier de construction.

Vous pouvez contacter les entrepreneurs québécois qui travaillent dans les provinces de l’Ouest et dans les villages du Nord-du-Québec. Ils embauchent fréquemment de la main-d’œuvre. Il faut cependant accepter de s’exiler pendant une certaine période et être à l’aise de travailler sur des horaires rotatifs.

Est-ce possible de travailler 12 mois par année en construction?
flairimages - Fotolia

 

Service Canada offre aussi un soutien financier aux apprentis pour payer leurs frais de scolarité, leurs déplacements, leurs outils et d’autres dépenses.

La Subvention incitative aux apprentis (SIA) est un montant imposable de 1 000 $ par année, sur un maximum de deux ans. Elle aide les apprentis inscrits à démarrer dans des métiers désignés « Sceau rouge ».

Les apprentis peuvent ensuite ajouter une subvention à l’achèvement de la formation d’apprenti pour un autre montant de 2 000 $. Cette subvention aide l’apprenti inscrit ayant terminé sa formation à devenir un compagnon certifié dans un des métiers désignés « Sceau rouge ».