/opinion/blogs/columnists
Navigation

Avortement sélectif, dérive du multiculturalisme!

avortement générique
Photo Archives / Reuters

Coup d'oeil sur cet article

Le projet sur la charte des valeurs, mis de l’avant par le Parti québécois, a soulevé beaucoup de passion et laissé en plan un débat inachevé. Or, les révélations sur les avortements sélectifs des femmes d’origine indienne forcent à nouveau l’interrogation sur le sens du vivre ensemble.

Deux études publiées dans le Canadian Medical Association Journal laissent croire que les Canadiennes d’origine indienne donnent naissance à plus de garçons parce qu’elles se feraient avorter lorsque l’échographie révèle que le bébé à venir sera une fille. Quoique la pratique de l’avortement sélectif soit illégale et inavouable, un médecin, interrogé lors d’un reportage de Radio-Canada, a admis que, malgré des doutes raisonnables, il donnait suite à ces demandes d’avortement pour éviter que la femme soit rejetée ou honnie par sa communauté.

Il y a fort à parier qu’en fouillant plus, nous pourrions observer ce genre de pratique dans d’autres communautés ethniques. À sa base même, cette pratique d’avortement sélectif repose sur des principes d’inégalité accordant plus de valeur à l’existence d’un homme qu’à celle d’une femme. Ces dissonances culturelles ne se matérialisent pas seulement dans l’avortement sélectif, elles empruntent d’autres formes plus ou moins subtiles qui consacrent la domination d’un sexe sur l’autre.

Dans une vision idyllique du multiculturalisme, où chacun se conduit selon les préceptes de sa communauté, il risque de devenir difficile de «faire avec» les autres sans tronquer ses propres valeurs. Pourtant le serment qui mène à l’obtention de la citoyenneté canadienne engage le nouvel arrivant à souscrire aux valeurs canadiennes, encore faudrait-il qu’elles leur soient clairement définies.

L’ouverture aux autres, brandie par nos élites politiques canadiennes, ne trouve pas nécessairement sa réciprocité par rapport à nos propres valeurs, ce qui favorise l’enfermement dans le communautarisme à plus ou moins brève échéance. Le concept d’intégration dans la société d’accueil est devenu tabou et on a tôt fait de traiter de xénophobes ou de racistes ces partisans d’une identité canadienne ou québécoise à l’avenant.

Dans une participation récente à un événement, le débat sur la laïcité a ressurgi et n’a pas trouvé de conclusion. La proposition débattue était pourtant une simple réaffirmation du caractère laïque de nos institutions publiques. Les arguments soulevés, pour appeler à la retenue, étaient de respecter le fait, que pour certaines communautés, la religion a un caractère public, même si pour plusieurs Québécois, celle-ci est considérée comme personnelle et de l’ordre du privé. Avec de tels arguments, il n’y a qu’un pas à faire pour retrouver des institutions publiques confessionnelles afin de respecter le vœu d’une minorité.

Les partisans du multiculturalisme prônent un vivre ensemble qui repose sur le «laisser-faire» et le «faire avec». Cela présuppose que les diverses communautés peuvent vivre pleinement leurs us et coutumes tout en évoluant avec des voisins aux habitudes différentes. La doctrine du multiculturalisme s’opposerait au «faire comme» la société d’accueil, sous prétexte de respect de la diversité culturelle et afin d’éviter l’acculturation.
C’est cette doctrine qui explique aujourd’hui la mollesse de nos élites politiques à définir clairement les règles du vivre ensemble et qui entraîne certains professionnels à poser des gestes qui vont à l’encontre des valeurs soutenues par la majorité.

À défaut de définir le commun, il ne pourra que surgir des communautés qui éprouveront de plus en plus de difficultés avec le «faire avec» les autres.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.