/sports/fighting
Navigation

Un adversaire à la portée de Lucian Bute

Lucian Bute est présentement à l'entraînement en Floride en vue d'affronter Edison Miranda le 17 avril 2010.
Photo d'archives Lucian Bute

Coup d'oeil sur cet article

Lucian Bute a une chance en or de redevenir champion du monde et cette fois, il ne veut pas la laisser passer.

«Badou Jack est à son niveau, a lancé le vice-président opérations et recrutement chez GYM, Bernard Barré, jeudi. James DeGale était un client pas mal plus difficile. DeGale est un boxeur compliqué, contrairement à Jack. Bute est intelligent et il sera capable de s’ajuster. Il ne devrait pas y avoir de problème.»

«Ce n’était pas le premier choix de Badou Jack, mais en raison de la blessure à Julio Cesar Chavez fils, il a dû se rabattre sur Bute. Je ne suis pas certain que ça fait leur affaire. Il va le trouver fatigant.»

Aucun doute dans l’esprit de howard Grant

Dans l’esprit de Howard Grant, il ne fait aucun doute que Bute sera déclaré vainqueur, mais l’entraîneur ne veut pas sous-estimer Jack.

«Je ne dirais pas qu’il est moins bon que DeGale. Il a déménagé aux États-Unis pour être au sommet. Mais nous n’avons pas tourné les coins ronds. Lucian est fort physiquement et mentalement. Même si plusieurs ont douté, je crois en lui.»

Atomes crochus entre lui et son équipe

Pendant l’entraînement public, les spectateurs ont pu apprécier la complicité qui unit le boxeur à sa nouvelle équipe.

«J’ai retrouvé le plaisir au gymnase, a expliqué l’athlète. Je suis très confortable avec les frères Grant. Ç’a pris du temps, mais Howard, Otis et moi avons développé une belle complicité. Ça fait presque un an qu’on travaille ensemble. On commence à se connaître, on se comprend seulement en se regardant. Je me sens moi-même.»

«On progresse bien, a ajouté Howard Grant. Quand il a affronté Andrea Di Luisa, nous venions de commencer. Contre DeGale, plusieurs disaient qu’il ne passerait pas le quatrième round, même le jour du combat. Il a performé comme un champion à Québec et c’est pourquoi il est ici aujourd’hui. C’est un honneur de travailler avec lui.»