/sports/fighting
Navigation

Lucian Bute n’est pas sur ses derniers milles

Lucian Bute
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse Lucian Bute

Coup d'oeil sur cet article

DORVAL – Gagne ou perd le 30 avril, le boxeur Lucian Bute aura encore de l’essence dans le réservoir pour la suite.

«Lucian va gagner et il devra ensuite défendre son titre, alors comment peut-on parler de retraite?» s’est interrogé son entraîneur Howard Grant en vue du combat contre le champion de la WBC Badou Jack (20-1-1, 12 K.-O.).

«Je côtoie ce gars-là depuis presque un an, a-t-il ajouté en marge d’un intense entraînement public tenu plus tôt cette semaine. Il prend soin de son corps. On n’a pas besoin de le surveiller! Il ne fait pas la fête. Il est dédié à son sport. Ça me rappelle un peu Bernard Hopkins, qui a 51 ans. Sa carrière aurait dû se terminer il y a 20 ans! Mais il prend soin de lui et il est toujours là.»

Dans l’esprit de plusieurs, pourtant, le duel contre Jack sera le combat de la dernière chance pour Bute (32-3, 25 K.-O.), qui a été champion de l’IBF de 2007 à 2012.

«Je ne crois pas que ce soit le cas, a lui-même répondu le principal intéressé. Je suis concentré sur ce combat-là. Même si tu perds, ce n’est pas la fin. L’important, c’est la manière. Ça dépend si tu as livré la marchandise.»

Bute n’aura jamais si bien dit. Si une nouvelle occasion d'obtenir un titre de championnat du monde se présente à lui, c’est qu’il a impressionné face au roi des super-moyens de l'IBF James DeGale, en novembre, à Québec, malgré une défaite par décision unanime.

Pas trop vieux

Pour Bernard Barré, vice-président opérations et recrutement du Groupe Yvon Michel, Bute n’est pas fini! Et à le voir à l’entraînement, les amateurs n’ont d'autre choix que de le croire sur parole.

«Chez les super-moyens, il n’est pas très vieux à 36 ans, a assuré Barré, dont le groupe fait la copromotion du combat avec InterBox. Il lui reste encore de belles années devant lui. S’il offre une bonne opposition à Jack, même s’il perd, il demeure intéressant.

«C’est important de gagner, mais il faut donner un spectacle. Arturo Gatti ne remportait pas tous ses combats, mais le réseau HBO lui donnait toujours des bourses millionnaires, car il donnait chaque fois un bon show

Confiance et motivation

Avant de se projeter dans l’avenir, Bute se concentrera sur son prochain rival. À deux semaines de grimper dans l’arène, le Roumain d’origine respire le bonheur.

«La confiance et la santé sont là, a dit le boxeur. Le 1er mai, je vais revenir à Montréal avec la ceinture!»