/lifestyle/columnists
Navigation

Mes plus sincères excuses aux ex-femmes de ma vie

Coup d'oeil sur cet article

Louise, je vous félicite de contribuer au bien-être de la grande famille humaine. À la mi-décembre 2015, j’ai rencontré un médecin du CHUM Notre-Dame qui pratique en médecine du travail et de l’environnement. Pour une fois je rencontrais un professionnel disposé à écouter mon histoire de vie et à m’aider.

Pour faire une histoire courte, disons que j’ai fait une amnésie sur les dix premières années de ma vie et vécu les 40 suivantes dans l’autodestruction. Je faisais tout pour me détruire en repoussant tout ce qui aurait été bon moi. Mes ennuis de santé se sont multipliés, je prenais de mauvaises décisions, et mon déficit d’attention soutenu par un sommeil diurne compensant l’absence de sommeil nocturne provoquait des accidents à répétition. Une fatigue chronique m’envahissait peu à peu.

Après m’avoir écouté, ce médecin en a déduit que je souffrais d’un choc post-traumatique que j’avais occulté depuis l’enfance. Sa recommandation fut de me proposer de m’inscrire à des séances de EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing, en français, Désensibilisation et Retraitement par les mouvements oculaires).

Depuis mon diagnostic, j’ai décidé de rencontrer les bonnes personnes pour me donner le maximum de chances de guérir enfin mon corps, mon cœur et mon âme. Parallèlement je me suis remis à étudier pour passer un test d’équivalence du niveau secondaire afin d’être en mesure ensuite de me trouver un travail que j’aime et qui sera bien rémunéré.

Finalement, ma rédemption va ensuite me permettre de m’ouvrir à l’amour et ainsi me donner la chance de rencontrer une femme qui voudra partager ma vie. Car le choc d’apprendre que je n’avais jamais été une personne normale avant, à cause de ce que j’avais vécu dans ma petite enfance et occulté par la suite, m’a aussi emmené à réaliser que je n’avais jamais été en état de vivre une relation saine et normale avec une femme.

J’en profite donc aujourd’hui pour faire mes plus sincères excuses à toutes les femmes que j’ai fréquentées jusqu’alors et à qui j’ai fait la vie impossible. Certaines m’en veulent peut-être encore, mais j’étais incapable de faire plus, vu ma condition. Je leur dédie également la chanson d’Étienne Drapeau « Toutes les femmes que j’ai aimées » qui me semble bien exprimer ce que je ressens à leur endroit.

En terminant Louise, et vu le traumatisme que ça a causé aux miens de savoir ce qui avait détruit ainsi ma nature profonde sans qu’ils n’en aient jamais rien su, je voudrais vous dire à quel point ce diagnostic a changé ma vie et à quel point je mets tous mes efforts et toute ma volonté pour me sortir la tête hors de l’eau et redevenir un homme capable de vivre en société comme tout le monde. Merci pour votre compréhension.

Gérard, Vaudreuil-Soulanges

Je vous souhaite de grands bonheurs dans votre nouvelle orientation de vie et beaucoup de patience pour atteindre vos objectifs. Ce qui a pris autant de temps à mal se construire en vous, peut aussi prendre du temps à se reconstruire pour le mieux.

Pour le bénéfice des lecteurs je dirai que « Bien plus qu’un simple mouvement des yeux, l’EMDR est une intervention psychothérapeutique dont la symptomatologie est consécutive à une expérience antérieure bouleversante. Au moyen de cette méthode, on cherche à « déverrouiller » les perceptions, émotions et cognitions résultant des expériences négatives d’une personne afin de les traiter avec des éléments d’informations adaptés. »

Je trouve que votre histoire a de quoi réjouir et donner espoir à quantité de gens qui cherchent depuis longtemps ce qui ne va pas en eux et qui n’ont pas encore eu la chance de tomber sur un spécialiste qui accepte de chercher sérieusement avec eux l’origine de leur mal-être. Mais encore faut-il que le malade lui-même accepte d’ouvrir son âme.