/lifestyle/hangout
Navigation

Le trou dans l’orange Julep et 8 autres choses étonnantes

Coup d'oeil sur cet article

Si vous coiffez un kiosque de restauration d’une sphère de plastique orange d’un diamètre de 12 mètres, tout le monde, comme par instinct, voudra s’y rendre. Nonobstant son fameux et mystérieux breuvage qui n’est pas du goût de tout le monde, l’orange Julep est un lieu emblématique de Montréal. Pour les immigrants qui abondent à Côte-des-Neiges et Notre-Dame-de-Grâce, cette grosse patente insolite est l’une des premières bizarreries du pays d’accueil.

1. Le trou dans l’orange Julep

 

Photo courtoisie

Il y a un trou dans l’orange. Sur le dessus. Il faut bien aérer. Un drone a pris cette image. Peu de gens ont pu visiter ladite orange... qui est vide. Mes tentatives sont demeurées vaines. L’élusif propriétaire vivant en Floride n’est pas des plus faciles à joindre. Mais un jour, un jour, comme chroniqueur, je la visiterai! Même s’il n’y a rien à voir. Juste pour le principe.

2. Culte du char

 

Photo courtoisie

Telle une planète, l’orange Julep a des satellites. Des choses gravitent autour d’elle. Notamment: des milliers d’automobiles de collections. Les passionnées de Corvette, Mustang, BMW, Mercedes, ou ce que vous voulez, se donnent rendez-vous ici. Chaque gang a son créneau horaire. Le stationnement de l’orange Julep est hyperactif le soir venu pendant la belle saison. Des gens s’y réunissent presque immanquablement pour parler de leurs beaux «chars». Voici une photo publiée sur le Facebook de Julep par un propriétaire de Corvette sirotant un Julep.

3. Plus vieille que l’autoroute

 

Photo courtoisie

L’autoroute Décarie date de seulement 1967. L’orange Julep avait alors déjà 35 ans d’existence! Elle a alors dû être relocalisée un peu plus en retrait.

4. Emmanuel Schwartz

 

Photo courtoisie

Dans le court métrage Julia Julep, l’acteur Emmanuel Schwartz incarne un veuf dont la jeune fille endeuillée finit par voyager dans les dédales magiques de l’orange Julep où elle rencontre un mystérieux docteur.

5. GSP

 

Photo courtoisie

Dans un documentaire sur Georges Saint-Pierre, le combattant affirme que l’orange Julep est son «restaurant préféré»... rien de moins. En fait, non loin de la station Namur, il y a le gymnase Tristar fréquenté par plusieurs professionnels des arts martiaux mixtes que l’on peut soupçonner de déroger à leur diète spartiate pour se goinfrer de frites molles chez Julep.

6. Simili-Julep

 

Photo courtoisie

La recette exacte n’est pas connue. Voici une approximation suggérée par le chef Louis-François Marcotte. 1 ¼ tasse de jus d’orange fraîchement pressé. ½ tasse de lait. 1 blanc d’œuf. Un soupçon de vanille. ¼ de sucre glacé. 1 tasse de glaçon. 1 cuillérée à soupe de lait en poudre. Mélanger, malaxer, servir froid.

7. Boucles d’oreilles

 

Photo courtoisie

Quoi de plus montréalais que ces boucles d’oreilles à l’effigie de l’orange Julep? Sur mainandlocal.com.

8. « Julepologue »
Photo courtoisie

Le designer de vêtements Vinny Success est en quelque sorte un «julepologue». Comme plusieurs enfants d’immigrants, il a grandi près de l’orange Julep... à laquelle il demeure fidèle, notamment en y réalisant plusieurs de ses publicités. C’est lui qui m’a appris l’existence du «trou» dans l’orange et qui m’a parlé de l’importance de l’endroit pour les jeunes de CDN et NDG. Lui-même a été influencé par l’orange puisqu’il y a pris le goût des belles voitures. Il fait partie des amoureux des BMW qui se réunissent ici aux deux semaines.

9. Orange aristocratique

La recette de Julep a été inventée en 1922 pour «couper» le précieux jus ­d’orange qui coûtait alors une fortune avec d’autres aliments plus abordables comme le lait et le blanc d’œuf. Dans six ans, cette recette sera centenaire.