/news/currentevents
Navigation

Power Corporation liée à une entreprise citée par les Panama Papers

L’entreprise chinoise est citée dans les Panama Papers

Le président et co-chef de la direction de Power Corporation, André Desmarais, (à droite) a siégé au conseil d’administration de Citic Pacific, une entreprise mentionnée dans les Panama Papers.
Photo d’archives Le président et co-chef de la direction de Power Corporation, André Desmarais, (à droite) a siégé au conseil d’administration de Citic Pacific, une entreprise mentionnée dans les Panama Papers.

Coup d'oeil sur cet article

Power Corporation aurait été actionnaire de CITIC Pacific, une compagnie chinoise qui entretenait des liens avec la firme Mossack Fonseca, visée par les «Panama Papers», soutient Radio-Canada.

Une entreprise citée dans les Panama Papers dont Power Corporation a été en partie propriétaire est reliée à une firme en Chine objet d’une enquête pour des délits d’initiés présumés de ses plus hauts dirigeants.

L’entreprise chinoise Citic Securities, une filiale du géant chinois Citic Group, a annoncé à la fin novembre faire l’objet d’une enquête pour «des infractions réglementaires» présumées.

Plusieurs hauts responsables de l’entreprise, dont son directeur général, ont fait l’objet d’une enquête en septembre, ont rapporté plusieurs agences de presse. On les soupçonne de délits d’initiés et d’avoir fait fuiter des informations sensibles, selon l’agence Chine nouvelle.

Cheng Boming, le directeur général de Citic Securities de 2012 à 2015, est lui-même visé par l’enquête.

Deux autres hauts dirigeants de Citic ont été arrêtés en décembre. Ces arrestations s’inscrivent dans un effort des autorités chinoises de lutte contre la corruption.

Filiales offshore

Le conglomérat québécois Power Corporation a été en partie propriétaire de Citic Pacific, qui a multiplié les filiales dans des paradis fiscaux, a rapporté Radio-Canada mercredi.

Citic Pacific est elle-même une filiale de Citic Group, qui est détenue par le gouvernement chinois.

Le président et cochef de la direction de Power Corporation, André Desmarais, a même siégé au conseil d’administration de Citic Pacific de 1997 à 2014.

Power Corporation, qui a déjà détenu jusqu’à 7 % des actions de Citic Pacific valant 855 millions $, a vendu ses titres dans cette entreprise chinoise en 2015.

C’est grâce aux documents Panama Papers de la firme Mossack Fonseca, obtenus par un consortium international de médias, que la société d’État a pu établir des liens entre Citic Pacific et les paradis fiscaux.

Power Corporation a répondu en mentionnant que les actions de Citic «sont de nature opérationnelle relevant de l’équipe de direction de cette société».

«Vous devriez donc vous adresser à Citic pour toute question que vous pourriez avoir concernant ses opérations actuelles ou passées», a ajouté Power.

Proche d’un dirigeant corrompu

Par ailleurs, le Globe and Mail a rapporté en 2013 que Power Corporation effectuait la plupart de ses investissements en Chine à travers Citic Pacific.

Selon le quotidien torontois, André Desmarais a été un proche du dirigeant chinois Bo Xilai, arrêté pour corruption et condamné à la prison à vie en 2013.

Le plus jeune frère de Bo Xilai, Bo Xicheng, a été un administrateur indépendant de Citic Securities de 2003 à 2006.

Le porte-parole de Power, Stéphane Lemay, nous a écrit que ni Power ni André Desmarais n’avaient quelque chose à voir avec l’enquête concernant Citic Securities.