/opinion/columnists
Navigation

Raciste, raciste, raciste!

Guy Nantel
Photo Courtoisie Traiter quelqu’un de raciste, c’est l’accuser de complicité mentale avec les pires crimes commis au nom de cette maladie de l’esprit

Coup d'oeil sur cet article

L’humoriste Guy Nantel a un talent assez peu répandu dans sa profession: il est drôle. Et plus encore, il nous fait rire en réfléchissant à la société.

Il ne se contente pas de petites blagues faciles sur le couple et pantoufles, il ne hurle pas de gros sacres pour masquer l’absence de punch à la fin de ses histoires.

Non! Il est vraiment drôle, et vraiment intelligent.

À bien des égards, c’est un peu l’héritier d’Yvon Deschamps et des Cyniques dans notre paysage­­ culturel.

Pire que ça! Il est courageux. Il ose défier le politiquement correct­­.

C’est ce qu’il a fait la semaine passée en critiquant Justin Trudeau et Mélanie Joly se déguisant en sikhs pour assister à une cérémonie devant la communauté sikhe.

En un mot, il tournait en ridicule le multiculturalisme de complaisance qui sert de religion d’État au Canada.

Sa formule: «bon ben, on est rendu là, ça a l’air».

En un mot, le délire au nom de la diversité se poursuit.

Il le faisait sans hargne. Il l’a fait avec une forme de sourire en coin.

Et pourtant!

Pour cette blague, il a passé une semaine terrible à se faire rouler dans la boue.

Courageux

Un chroniqueur bien en vue a décidé que c’en était assez et l’a accusé de faire de l’humour pour les racistes.

On l’a accusé d’être un humoriste servant à décomplexer les brutes et les imbéciles.

Sur les médias sociaux, la polémique a suivi: on a calomnié Guy Nantel, on l’a insulté et associé aux pires criminels de l’histoire. On l’a transformé en représentant du racisme maquillé par l’humour.

On touche là l’essentiel: cette manie détestable, imbuvable et exaspérante de traiter n’importe qui de raciste au moindre désaccord.

Le racisme est odieux. Il a poussé à la pire des barbaries. À la destruction de peuples. À la mise en esclavage d’autres. À la discrimination organisée.

Quand on traite quelqu’un de raciste, il faut avoir d’excellentes raisons de le faire.

Sinon, on pollue le débat public avec une insulte contaminée. Sinon, on verse dans la calomnie.

Mauvaise foi

Qui n’a pas fait l’expérience un jour de cette insulte navrante? Qui n’a pas compris que la moindre blague peut valoir les pires injures?

Et qui ne s’est pas dit qu’il y a des limites à dire n’importe quoi pour disqualifier un contradicteur?

Traiter quelqu’un de raciste, c’est l’accuser de complicité mentale avec les pires crimes commis au nom de cette maladie de l’esprit.

Et c’est pratiquer une censure contre la liberté intellectuelle. La menace flotte!

Ne dis pas que la Charte des valeurs était une bonne idée parce que je te traiterai de raciste!

Ne dis pas que l’islam a des problèmes philosophiques à régler, sinon je t’accuserai de racisme!

Ne dis pas qu’un trop grand nombre d’immigrants ne s’intègre pas au Québec, car sinon, je te collerai l’étiquette de raciste aux fesses.

C’est la police de la parole, c’est la police de la pensée.

Elle s’en prend maintenant aux humoristes.