/opinion/columnists
Navigation

TÉO, une solution durable et décente

Coup d'oeil sur cet article

Transport écologique optimisé, telle est l’intention qui se cache derrière l’acronyme TÉO. Les ambitions d’Alexandre Taillefer dépassent largement les taxis de Montréal et l’initiative de l’entrepreneur est un puissant signal pour la réduction des énergies fossiles et le développement durable. En sus, il se préoccupe d’offrir des conditions de travail décentes à ses chauffeurs.

Des employés heureux

L’entrepreneur socialiste, tel qu’il se définit, a compris que des employés heureux au travail étaient plus motivés, favorisant donc une meilleure qualité de service. Il explique mieux que quiconque qu’il ne faut pas se surprendre si le chauffeur de taxi, qui travaille 90 heures par semaine, à raison d’une rémunération qui frôle les 5$ l’heure, ne sourit pas à pleines dents et que sa voiture n’est pas toujours hospitalière.

Il offre une semaine régulière de travail de 40 heures à ses chauffeurs avec tous les bénéfices accordés habituellement aux salariés. Le taux horaire serait de 15 $ et leur permettrait d’avoir un revenu équivalent à ce qu’ils faisaient auparavant avec le double des heures. Ses chauffeurs accèdent ainsi à des conditions de vie décentes qui les sortent du cercle des travailleurs pauvres.

Contraste avec la FCEI

À l’autre bout du spectre, nous retrouvons la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), qui s’oppose au salaire minimum de 15 $ l’heure, prétextant que les petites et les moyennes entreprises n’en ont pas les capacités. La FCEI milite également pour diminuer ce qu’elle appelle la taxe sur la masse salariale. L’intention réelle est de réduire la contribution des employeurs aux bénéfices sociaux des travailleurs.

Un salaire viable selon l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques est évalué à 14,55 $ l’heure.

La voie privilégiée par la FCEI condamne les travailleurs à la pauvreté alors que TÉO restaure leur dignité.

La profitabilité à l’encontre du bien-être des personnes n’a pas d’avenir durable! Alexandre Taillefer l’a compris.