/finance/business
Navigation

Alexandre Taillefer souhaite le départ de Uber

L’ex-dragon croit que ce serait bénéfique pour la Ville

Alexandre Taillefer
Photo Courtoisie Alexandre Taillefer

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-dragon Alexandre Taillefer, fondateur de Téo Taxi, souhaite qu’Uber mette sa menace à exécution et quitte le Québec.

«On se retrouve dans la situation où cette entreprise dit: “Si vous nous forcez à payer la TPS et la TVQ, on va quitter.” On ne peut pas fonctionner avec des entreprises qui ne respectent pas les lois [...] Je pense que si Uber quitte, ce sera mieux», a lancé hier M. Taillefer, associé principal chez XPNB, qui dirige l’entreprise Téo Taxi.

En début de semaine, le directeur général d’Uber Québec révélait au Journal que l’entreprise abandonnerait la province si le gouvernement Couillard allait de l’avant avec l’idée d’obliger ses chauffeurs à louer des permis.

Présent au lancement grand public de l’application de Téo Taxi hier, M. Taillefer a ajouté qu’il n’a aucun doute que son entreprise peut faire concurrence à Uber, tant et aussi longtemps qu’Uber paie tous ses dus.

«Sur chaque course de 10 $ que nos véhicules font, on paie environ 2,80 $ en frais de location de permis et en TPS et TVQ. C’est donc un avantage compétitif qu’Uber a, parce qu’ils ne prélèvent aucun de ces montants. À partir du moment où ils paient comme nous, on n’aura aucune difficulté à se battre contre eux», a ajouté l’ex-dragon.

Les 50 taxis entièrement électriques de l’entreprise de M. Taillefer sont au service de tous les Montréalais depuis hier.

Il compte d’ailleurs augmenter la taille de son parc à 110 voitures d’ici la fin de 2016.

Uber appelle à l’aide

De son côté, Uber a lancé un ultime appel à l’aide à ses 500 000 utilisateurs québécois pour qu’ils demandent au ministre des Transports Jacques Daoust d’implanter une nouvelle loi sur les taxis plus favorable à l’entreprise.

Dans un courriel intitulé «Sauvons Uber au Québec» envoyé hier matin à ses clients québécois, le géant américain du covoiturage dit que la «situation est critique», ajoutant: «Nous avons besoin de votre aide.»